Le président de l’ACFO-Témiskaming, Patrick Boucher. La coordonnatrice du Projet Joyal, Raphaëlle Falardeau. Le directeur général de l’ACFO-Témiskaming, Tiemoko Ouatra.
Le président de l’ACFO-Témiskaming, Patrick Boucher. La coordonnatrice du Projet Joyal, Raphaëlle Falardeau. Le directeur général de l’ACFO-Témiskaming, Tiemoko Ouatra.

Une ACFO bien vivante

Marc Dumont
Marc Dumont
Initiative de journalisme local - APF
49e assemblée générale de l’ACFO-Témiskaming

«On s’est rendu jusqu’à 50 ans en grattant les fonds de tiroirs, il faut un vrai budget», lance le président de l’ACFO-Témiskaming, Patrick Boucher. La 49e assemblée générale de l’ACFO-Témiskaming a été l’occasion de discuter des priorités pour les mois et les années à venir. Le financement étant le plus important pour lui.

«Actuellement, notre budget ne nous permet pas de garder nos employés durant l’été. Tu ne peux pas bâtir avec ça», dit M. Boucher. Il déplore que l’ACFO embauche des jeunes qu’elle voudrait garder, mais il y a une perte de dynamisme à remplir de la paperasse. 

«C’est la chose que je veux régler : s’affranchir des problèmes financiers. Ce n’est pas raisonnable de passer 50 % du temps à faire des demandes d’argent pour assurer leur propre emploi. Raphaëlle Falardeau, qui dirige la coopérative jeunesse, a reçu la nouvelle subvention pour son projet une semaine avant la fin du financement. On s’en est sorti cette année, mais il y a moyen de faire mieux! On ne peut pas rayonner comme on le voudrait.»

Une autre priorité de l’ACFO-Témiskaming est la jeunesse. Ce qui était la coopérative jeunesse de services est devenue le Projet Joyal. Parce que les participantes et participants ont manifesté le besoin d’avoir aussi plus d’activités sociales en français. Par exemple, les mardis, il y a des rencontres genre «café» avec des personnes-ressources ou pour des jeux de société. 

Raphaëlle Falardeau qui pilote ce projet, a doublé l’inscription cette année par rapport à l’an dernier. «On travaille beaucoup avec la jeunesse. On veut faire vivre une communauté dans leur groupe d’âge qui soit agréable et que ce ne soit pas juste à l’école», dit M. Boucher.

Incertitude de pandémie

L’ACFO-Témiskaming poursuivra le travail pour la création du Carrefour communautaire. Ce projet, pour lequel une étude d’intérêt a été faite en 2020, vise à mettre davantage en commun les ressources, et peut-être les espaces, des organismes francophones de Temiskaming Shores.

Elle espère pouvoir tenir le populaire Brunch des organismes en janvier. La décision sera prise en accord avec la santé publique.

L’an prochain, ce sera le 50e anniversaire de l’ACFO-Témiskaming. Encore là, c’est la pandémie qui décidera des façons de le célébrer. Pour l’instant, ce qui est prévu est un gala qui aurait lieu après le tournoi de golf. Celui-ci se tient toujours en septembre, le jour de la levée du drapeau franco-ontarien.

Le conseil d’administration de la prochaine année sera composé du président Patrick Boucher et Ghislain Lambert pour New Liskeard, Suzanne Martin pour Haileybury, Marc Martin pour Cobalt, Dominique Nackers et Lise Turgeon pour Earlton. 

Une première pour le directeur

Cette 49e assemblée générale était la première pour le nouveau directeur général de l’ACFO-Témiskaming, Tiemoko Ouatra. «En prenant les commandes, j’étais conscient des défis auxquels j’allais faire face en étant nouveau à ce poste et dans la région. Mon premier objectif est de voir une population francophone de plus en plus grandissante au sein de la région. Voilà pourquoi nous travaillons sur le volet immigration qui nous permettra d’attirer de nouveaux arrivants francophones en région et aussi connaitre leurs besoins afin d’y répondre convenablement.» 

Il ajoute : « En ce qui a trait à mon intégration au sein de la communauté, pour l’instant tout se passe bien. J’ai été bien accueilli .»