Un pilier de l’industrie touristique du Nord de l’Ontario prend sa retraite

Philippe Mathieu
Philippe Mathieu
Le Voyageur
Guy Lamarche a travaillé pendant 41 pour le tourisme dans le Nord de l’Ontario

Après 41 ans dans l’industrie du tourisme, le directeur du tourisme de la Ville de Timmins, Guy Lamarche, a pris sa retraite le 9 octobre. Le francophone de Timmins a participé à la création de plusieurs symboles durable, dont le Grand défi canadien de Kayak et le drapeau franco-ontarien permanent devant l’hôtel de ville de Timmins.

Guy Lamarche

Né à Timmins en 1965, M. Lamarche savait dès un jeune âge qu’il n’échangerait pas sa ville natale pour une autre. Ses études à Ottawa sont la seule chose qui l’a éloigné pendant quelques années. Il se décrit comme un grand amateur de pêche et de chasse. Timmins est la ville parfaite pour son caractère.

Quand il est revenu de l’université, M. Lamarche a commencé sa carrière à Timmins dans l’industrie de la construction. Ensuite, «deux ou trois ans dans l’emploi, ma mère m’a appelé pour me dire qu’il y a une opportunité de gérer un département touristique ici, dans le Nord, puis elle m’encourageait d’appliquer», raconte-t-il.

Gérant de l’Association touristique du district de Cochrane-Timiskaming a été son premier poste en tourisme à l’âge de 24 ans. À l’époque, le district Cochrane-Timiskaming était la plus grande région touristique en Ontario. C’était un emploi intimidant pour un jeune homme qui n’avait jamais travaillé dans l’industrie et une tâche remplie de défis.

«Au début, étant donné qu’on travaill[ait] dans un milieu de ressources industrielles, minières et forestières, ce n’était pas toujours facile de vendre notre salade», raconte-t-il.

La fierté du devoir accompli

Peut-être parce qu’il y avait beaucoup de chemin à faire pour présenter le Nord comme lieu touristique attrayant, il est très fier de ses accomplissements au fils des années.

«Avec tous ceux qui travaillent dans le domaine touristique, on a créé de nouvelles économies pour plusieurs municipalités ici dans le Nord ainsi que dans le Sud de l’Ontario», dit-il

Une des choses dont il est particulièrement fier, c’est son appui au développement d’une «industrie de sentiers motoneiges provinciale comme qu’il n’en avait jamais eu».

Ce développement était idéal pour plusieurs raisons, croit-il. Les sentiers profitaient des paysages de la région et apportaient de nouveaux clients aux commerces déjà en place. Les sentiers pouvaient aussi attirer des gens à s’installer dans la région.

M. Lamarche croit que l’industrie touristique est bien financée par tous les paliers de gouvernement. En même temps, les grands projets qu’il avait des idées pour des projets encore plus grandioses.

L’un des derniers dossiers sur lesquels il a travaillé a été l’implantation d’une nouvelle taxe sur les accommodations à Timmins. Un modèle de plus en plus répandu dans les municipalités. Guy Lamarche est convaincu que ce nouveau financement sera bénéfique à long terme pour le tourisme.

Il s’agit d’une taxe de 4 % sur les factures d’hôtels pour les séjours de moins de 30 jours. Ceci représente des revenus d’environ 1 million $ annuellement pour Timmins et est partagé entre la municipalité et le bureau de tourisme. «C’est un game changer», dit Lamarche. 

Ce ne sont pas les seuls succès qui ont marqué la carrière de M. Lamarche. Il a aussi :

  • supervisé le développement touristique dans la région de Constance Lake First Nation;
  • fait partie du comité qui a créé le Grand défi canadien de Kayak de Timmins, un évènement qui se retrouve constamment dans la liste des 100 meilleurs festivals de l’Ontario;
  • fait partie du comité qui a créé le festival Stars & Thunder pour le 150e anniversaire du Canada à Timmins;
  • fait partie du comité pour les célébrations de Timmins du 400e anniversaire de la présence francophone en Ontario, qui a permis d’installer le drapeau franco-ontarien en permanence devant l’hôtel de ville;
  • relocalisé des pièces de deux attractions qui ont fermé leurs portes : le Centre Shania Twain et la mine d’or de Timmins;
  • été intronisé au temple de la renommée de l’organisme Festivals & Events Ontario en 2018;
  • reçu le Lifetime achievement award de l’Association Touristique de l’Ontario en 2019;
  • reçu la plaque du président de Destination Northern Ontario;
  • reçu la plaque Bob Giles de l’association des pourvoyeurs Nature and Outdoor Tourism Ontario en 2019.

«J’ai eu une carrière choyée, j’ai été chanceux. […] Surement, je vais me souvenir de beaucoup de choses d’ici à la fin de mes jours. […] Quand j’ai vidé toutes mes choses personnelles de mon bureau, j’ai eu des moments spéciaux. Je me suis rappelé beaucoup souvenirs qui se sont passés durant mes 40 ans dans le domaine touristique.»

Les défis de la pandémie

Lorsque la pandémie sera chose du passé, le chemin du retour à la normale sera long pour le domaine du tourisme, croit M. Lamarche. Le directeur touristique de Timmins depuis 13 ans affirme que les dommages que le secteur a subis, comme la fermeture de plusieurs entreprises, «affecteront la qualité de vie des gens». «La pandémie va vraiment mettre de l’ampleur sur la valeur de l’industrie touristique», avance-t-il.

Il dit que pour rebondir, le secteur du tourisme doit «absolument créer une valeur où les consommateurs se sentent en sécurité de visiter l’Ontario, visiter ses attractions et aussi faire un séjour en plein air.»

Le Nord a ses avantages face à la pandémie. «Étant donné qu’on a une vaste géographie, social distancing, c’est pas quelque chose de nouveau. On l’a toujours fait comme default, sans savoir qu’on le faisait», dit-il.

Plans de retraite

M. Lamarche a été absent de son bureau pendant plus d’un an avant sa retraite. Il combattait un cancer de la prostate de stage quatre. Il doit continuer à suivre un traitement d’hormone pendant un an, mais se sent bien. Il est tout de même resté engagé dans certains comités au cours de la dernière année, entre autres comme président de l’organisme Attractions Ontario. Ses plans de retraite sont de passer plus de temps avec sa famille, reprendre la pêche et faire continuer à faire du bénévolat, surtout en tourisme.