Le ministre des Services aux ainés et de l’Accessibilité, Raymond Cho, flanqué du président de la FARFO, Jean-Rock Boutin, et du président de l’AFO, Carol Jolin en 2019.
Le ministre des Services aux ainés et de l’Accessibilité, Raymond Cho, flanqué du président de la FARFO, Jean-Rock Boutin, et du président de l’AFO, Carol Jolin en 2019.

Soins de longue durée en français : l’AFO et la FARFO demandent une stratégie provinciale

François Bergeron
François Bergeron
L'Express de Toronto
L’AFO et la FARFO notent que «la grande majorité des problèmes spécifiques aux francophones durant la pandémie proviennent des défis systémiques».

Ça commence et ça finit par une «stratégie». L’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) et la Fédération des ainés et retraités francophones de l’Ontario (FARFO) recommandent au gouvernement d’adopter «une stratégie provinciale ayant pour objectif d’augmenter l’offre de soins de longue durée en français».

C’est la première de sept recommandations contenues dans leur mémoire conjoint à la Commission ontarienne d’enquête sur les ravages de la COVID-19 dans les foyers de soins de longue durée.

Leur septième recommandation : «une stratégie provinciale francophone visant à promouvoir et à valoriser les emplois liés aux soins de longue durée».

Des lits francophones

Le mémoire arrête trois axes prioritaires : l’accès et la capacité à offrir des services en français, l’intégration des services en français dans le continuum de soins et le développement des capacités en matière de ressources humaines.

Sont aussi demandés une meilleure définition des lits francophones dans les foyers, de meilleures statistiques dans ce secteur, un mécanisme d’imputabilité et l’administration prioritaire du vaccin contre la COVID-19 aux proches aidants des personnes en maisons de retraite.

Lire l’article dans son intégralité sur le site du journal L’Express