Le campus de Timmins du Collège Boréal
Le campus de Timmins du Collège Boréal

Service d’établissement spécifiquement pour les francophones maintenant disponible à Timmins

Julien Cayouette
Julien Cayouette
Le Voyageur
Et Cours de langue pour immigrants au Canada pour tout le Nord et le Sud

Le Collège Boréal prend la relève et offrira les services d’établissement pour les nouveaux arrivants francophones de Timmins. Comme à Sudbury, le Collège Boréal a reçu ce mandat du gouvernement fédéral pour cette région. De plus, le collège francophone ajoute des cours de français et d’anglais pour accélérer l’intégration des nouveaux arrivants.

Les services d’établissement incluent l’évaluation des besoins, l’appui aux démarches administratives, l’aide à la recherche d’un logement et l’aiguillage vers les services communautaires. S’ajoute à cela un appui dans le développement des compétences de travail et l’intégration au marché du travail.

Ce genre de services était auparavant offert par le Centre multiculturel de Timmins et district. «On a travaillé en partenariat étroit avec eux pour qu’il y ait de l’aiguillage qui soit fait entre les deux organismes», précise le directeur des programmes et services en Immigration du Collège Boréal, Baptiste Alain Bourquardez.

«L’idée, c’est de faciliter l’intégration et de l’accélérer aussi. […] Souvent, les nouveaux arrivants n’ont pas toujours les informations aux moments clés et ça peut faire perdre du temps dans son intégration», dit M. Bourquardez. En plus de l’intégration administrative, ils pourront suggérer des occasions de bénévolat, un moyen reconnu de s’intégrer à une nouvelle communauté.

Les bénéficiaires ont droit à plus d’une rencontre. Après l’évaluation des besoins, le personnel du centre suit à la trace les nouveaux arrivants. Les travailleurs les accompagnent en cas de besoin pour toutes sortes de démarches, surtout lorsque la barrière de la langue est plus importante. «C’est souvent le premier contact et le contact que l’on garde tout au long de son intégration», affirme M. Bourquardez.

Le directeur des programmes et services en Immigration du Collège Boréal, Baptiste Alain Bourquardez

Pandémie oblige, les consultations seront surtout virtuelles, de même que tous cours et ateliers offerts par les services d’établissement.

Pour offrir, les bons services, il faut connaitre sa population. Le service d’établissement compte entre autres sur les données recueillies par la Commission de formation du Nord-Est «qui a beaucoup étudié le marcher de l’emploi». L’offre de service suivra aussi le projet pilote mené à Timmins pour attirer des immigrants pour les emplois qui manquent de main-d’œuvre.

Le Collège Boréal offre ces services depuis environ dix ans dans le Sud de la province et à Sudbury depuis quelques années. Le ministère Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada finance les services d’établissement et a accordé plus de fonds au collège pour les étendre à Timmins.

Cours de langue pour intégration rapide

Le Cours de langue pour immigrants au Canada / Language Instruction for Newcomers to Canada sont offerts gratuitement. Ils sont conçus pour, encore une fois, accélérer l’intégration.

Pour les francophones, on offre «des cours d’anglais, pour leur donner plus de chance dans l’intégration sur le marché du travail», précise M. Bourquardez. Le cours fonctionne comme un cours à distance, avec des sessions virtuelles, mais aussi l’appui d’un tuteur.

«C’est pour des gens qui n’ont pas toujours accès à des cours à temps plein en classe, soit à cause de leurs obligations professionnelles ou parce qu’ils doivent s’occuper des enfants à la maison ou parce qu’ils sont géographiquement trop loin d’un centre urbain pour pouvoir suivre les cours en personne.»

Stratégie régionale contre le racisme

Les services en immigration du Collège Boréal collaborent également avec les autres services d’immigration et de planification pour combattre les préjugés. Le Réseau du Nord pour le Soutien à l’immigration francophone a mis en place un comité qui a déjà commencé sa réflexion pour trouver des stratégies contre le racisme, rapporte Baptiste Alain Bourquardez. Le comité inclut les organismes qui livrent des services et des leadeurs communautaires.

Rappelons qu’une étude de l’Université Nipissing révélait en mai que certaines barrières existent toujours à North Bay et Timmins. Par exemple, quand un nouvel arrivant vient visiter un appartement, il n’est soudainement plus disponible au moment où le propriétaire le voit.