Un des designs créés par Michelle Berthiaume et Julie Groulx
Un des designs créés par Michelle Berthiaume et Julie Groulx

Partager ce que l’on peut

Julien Cayouette
Julien Cayouette
Le Voyageur
Une petite entreprise francophones veut aider les sans-abris

Une jeune petite entreprise en ligne de Sudbury veut faire sa part pour les sans-abris. La Boutique Berthiaume a créé une série de designs de vêtements pour adultes et enfants et remettra cinq dollars aux services pour sans-abris du Grand Sudbury par items vendus.

Michelle Berthiaume a ouvert officiellement La Boutique Berthiaume il y a plus d’un an et opère principalement sur Facebook. La ligne de vêtements «Prendre soin de soi», dévoilée le 24 mai, devait en fait être lancée plus tôt, mais la pandémie a retardé ses plans.

La situation des sans-abris touche Mme Berthiaume depuis ses études à l’université. Elle a demandé l’aide de son amie Julie Groulx pour dessiner ce qu’elle voyait dans sa tête — «je ne peux pas dessiner pour me sauver la vie», rigole Mme Berthiaume. Elles ont créé plusieurs dessins qu’elles continueront à dévoiler au cours des prochaines semaines.

«Le programme pour les sans-abris et le emergency shelter à Sudbury ont toujours besoin de support, alors j’ai pensé l’offrir à eux», des gens dont les besoins essentiels ne sont souvent pas comblés, dit-elle.

«En travail social, c’est l’une des valeurs les plus importantes; aider et juste donner ce que tu peux. Je suis en mesure de donner en ce moment à cause que ça va bien. Je suis choyé et je veux donner à du monde qui ne le sont pas», explique Mme Berthiaume.

Julie Groulx et Michelle Berthiaume

Plus que des vêtements

La boutique est une aventure pour Michelle Berthiaume, qui travaille à temps plein chez Boussole à Sudbury, le service de santé mentale pour enfants et adolescents (anciennement le Centre de l’enfant et de la famille), comme travailleuse sociale en santé mentale.

Artiste dans l’âme, Mme Berthiaume a commencé à l’âge de 16 ans à produire de petits projets artistiques; d’abord avec le collimage (scrapbooking) puis en passant à d’autres médiums. «C’est important pour ma santé mentale de créer des choses», lance-t-elle.

Elle a commencé à produire pour faire des cadeaux, mais famille et amis ont rapidement commencé à lui commander des créations spécifiques, engouement qu’elle a transformé officiellement en entreprise en 2018.

Elle peut faire des enseignes sur bois, des verres, des tasses, des bouteilles, des coussins, des vêtements, des canevas… «Peu importe ce qui peut être personnalisé, je suis capable de le faire.»

Tout est fait à la main dans son sous-sol, alors même si elle reçoit plusieurs commandes pour le même design, il y aura de petites différences. Cette façon de faire lui donne aussi la flexibilité de changer des détails, comme la couleur de certains éléments.

Un des designs créés par Michelle Berthiaume et Julie Groulx