Photo : Emilie Deschênes
Photo : Emilie Deschênes

Départ, jeunesse et reconnaissance

Plusieurs bonnes nouvelles à l’AGA de l’Alliance de la francophonie de Timmins et une plus triste.

Plusieurs annonces et honneurs ont marqué la 78e assemblée générale annuelle de l’Alliance de la francophonie de Timmins le 14 novembre au Collège Boréal, dont le départ du président en poste depuis 20 ans, la création d’un comité francophone à la ville et une nouvelle initiative jeunesse.

Un hommage a également été rendu à quatre personnalités dans le but de souligner de façon bien particulière leur distinction communautaire. Tous engagés dans la communauté francophone de Timmins, Magalie Durepos-Létourneau, Meaghan Marttala, Louise Taillefer et Gaëtan Malette ont travaillé et continuent de travailler chacun à leur façon à la vitalité de la langue, au développement de l’identité franco-ontarienne et à l’amélioration de l’offre de services en français dans la communauté. 

Mettant en lumière leur impressionnant parcours et leurs maintes contributions, un mot de reconnaissance leur a été livré avec grande fierté. Le maire de Timmins, George Pirie, la conseillère municipale Michelle Boileau, les familles, les amis et les membres de la communauté y étaient pour célébrer les exploits de chacune des personnalités de l’année.

Gaëtan Malette, honoré

Départ de Pierre Bélanger

Lors de cette soirée, on a également souligné le solide engagement du président de l’Alliance, Pierre Bélanger. C’est avec le cœur gros que le directeur général, Sylvin Lacroix, a adressé quelques mots à M. Bélanger, qui s’est joint au conseil d’administration (CA) de l’Alliance en 1996 pour en assurer la présidence en 1999 et qui a décidé de laisser sa place cette année. 


« Quand Pierre est arrivé, on était sur le bord de fermer nos portes. On n’avait plus d’argent. […] Tranquillement pas vite, les choses se sont améliorées. On n’est pas riche encore, mais au moins, on est capable de survivre. »
Sylvin Lacroix, directeur général

Parmi l’éventail de dossiers qui ont été traités par l’Alliance au fil des ans, la mise sur pied du Centre de santé communautaire francophone de Timmins en est un sur lequel il a travaillé d’arrachepied aux côtés de ses collègues, dont Sylvin Lacroix et Denis Bélanger, un récent accomplissement qui suscite une grande fierté. «La première rencontre du centre de santé a eu lieu en 1989, il y a 30 ans. On s’est battu, affirme M. Lacroix. La première chose que les libéraux avaient dit, ç’a été : ne rêvez pas en couleur, vous n’aurez pas de centre de santé.» 

Après 20 ans à la tête du CA, M. Bélanger laisse un riche bagage de connaissances et de compétences à son équipe et cède sa place pour entreprendre un nouveau chapitre de sa vie. Natif du Québec, ayant grandi à Hearst et ayant vécu sa vie professionnelle à Timmins, ce dernier affirme avoir été heureux de travailler sur divers projets pour une communauté francophone qui lui tient tant à cœur. «Je ne serai pas là, mais quand il y aura des manifestations, je serai là pour vous appuyer», mentionne-t-il en terminant son allocution. 

Place à la jeunesse

La jeunesse prend de plus en plus de place au sein de l’Alliance de la francophonie de Timmins et, donc, de la communauté. Chose qui a été applaudie par les membres de l’assemblée. Christian Ricard, qui en fait partie, a procédé à l’annonce d’un projet offert par et pour la jeunesse dans le but de donner une voix aux jeunes, soit d’exprimer leurs besoins, leurs désirs et leurs demandes. Le lancement de ce projet aura lieu le 28 novembre. Notons également qu’un symposium jeunesse aura lieu le 25 janvier; des recommandations seront alors présentées.

Christian Ricard

Enfin, l’annonce qu’un comité francophone sera établi à la Ville de Timmins a été faite. «Ça fait juste 30 ans qu’on se bat pour ça», indique M. Lacroix. Les membres de l’assemblée ont laissé voir qu’ils étaient heureux d’enfin avoir une voix encore plus forte à la municipalité. «Je ne pourrais en dire assez de la communauté francophone», affirme le maire en faisant mention d’une approche communautaire abitibienne qu’il aimerait voir s’implanter à Timmins. 

«La communauté francophone joue vraiment un rôle vital qui est très important pour la ville de Timmins. Et c’est en travaillant ensemble, la communauté francophone et le restant de la communauté de Timmins, qu’on va assurer le succès de la ville», affirme la conseillère, Mme Boileau.