Les 16 panneaux solaires installés sur le toit de la maison de Bill Crumplin près du centre-ville de Sudbury répondent à ses besoins en électricité. Dans un modèle énergétique communautaire, tel qu’un microréseau, tout surplus d’énergie produit par les panneaux pourrait aider à répondre aux besoins de ses voisins et de sa communauté.
Les 16 panneaux solaires installés sur le toit de la maison de Bill Crumplin près du centre-ville de Sudbury répondent à ses besoins en électricité. Dans un modèle énergétique communautaire, tel qu’un microréseau, tout surplus d’énergie produit par les panneaux pourrait aider à répondre aux besoins de ses voisins et de sa communauté.

Un propriétaire et producteur de son énergie

Christine Caveen et Naomi Grant
Collaboration spéciale
Zéro émission nette

Imaginez que vous et vos voisins produisez de l’énergie renouvelable à chacun de vos domiciles. Lorsque vous produisez de l’électricité au-delà de vos besoins, vous pouvez en vendre à un voisin et un voisin peut vous en vendre lorsque vous en avez besoin. Ensemble, vous aidez à alimenter le centre communautaire, l’hôpital et l’école de votre quartier tout en prévenant les pannes d’électricité. Cela est la réalité pour les résidents qui font partie du microréseau de Brooklyn et peut le devenir pour les résidents du Grand Sudbury.

L’ébauche du Plan communautaire en matière d’énergie et d’émissions du Grand Sudbury énonce des mesures pour atteindre zéro émission nette de gaz à effet de serre (GES) d’ici 2050. Notamment, ces mesures incluent la création d’une coopérative d’énergie renouvelable pour faire progresser le développement de systèmes d’énergie renouvelable et l’expansion du système urbain de production d’énergie.

En aout 2003, un incident survenu dans l’état de l’Ohio à plus de 1000 kilomètres de Sudbury a provoqué des pannes d’électricité en Ontario et dans huit états américains, touchant plus de 50 millions de personnes. L’un des avantages de l’énergie produite localement est qu’elle n’est pas perturbée par des évènements lointains, ce qui la rend plus sure et plus fiable. De plus, les pertes dues à la transmission sont considérablement réduites. Les projets énergétiques locaux favorisent l’économie locale et mènent à des décisions qui bénéficient à l’ensemble de la communauté.

La transition vers l’énergie locale peut se faire de diverses façons. Le projet de réseau intelligent SPEEDIER de Parry Sound devrait éventuellement permettre à cette communauté de générer autant d’énergie qu’elle en consomme. Pour sa part, North Bay a lancé en 2019 le premier système de microréseaux d’électricité à échelle commerciale au Canada. En plus de fournir de la chaleur et de l’électricité à plusieurs installations publiques de la ville, Community Energy Park peut procurer de l’électricité à 51 000 résidents en cas de panne du réseau électrique.

La communauté solaire de Drake Landing, située dans l’est de la ville d’Okotoks en Alberta, est un quartier dont les maisons sont chauffées par un système conçu pour emmagasiner l’énergie solaire sous terre pendant l’été pour ensuite être distribuée à chaque foyer durant l’hiver. Le système fournit plus de 90 % des besoins en chauffage des maisons du quartier et, selon les estimations, a réduit d’environ 5 tonnes par année les émissions de GES de chaque maison.

Copenhague, capitale du Danemark, a également eu recours à l’expansion de son réseau de chauffage urbain pour réduire ses émissions de GES. Ce système sert désormais 99 % des résidents de la ville. Près d’Ottawa, la Coopérative Hydro Embrun Inc. est la seule coopérative d’électricité en Ontario fonctionnant comme un distributeur d’énergie local géré au profit de ses membres.

Chacune de ces initiatives énergétiques locales contribue à réduire les émissions de GES et à améliorer la sécurité énergétique locale tout en apportant des avantages financiers locaux.

Dans quelle mesure nos quartiers peuvent-ils être indépendants sur le plan énergétique? Un récent rapport néerlandais a révélé que les quartiers utilisant des systèmes d’énergie intelligents, intégrés et décentralisés (Smart Integrated Decentralised Energy Systems) peuvent être autosuffisants à près de 90 %. L’auteur du rapport, l’ingénieur des systèmes énergétiques Florijn de Graaf, affirme que cette nouvelle approche pourrait même ouvrir la voie à 100 % d’autosuffisance en électricité, en chaleur et en eau ainsi que 50 % d’autosuffisance en production alimentaire.

Selon TREC Renewable Energy Co-operative, des changements doivent être apportés au cadre règlementaire et politique de l’Ontario pour assurer la cohérence et le soutien des projets énergétiques communautaires. L’organisme attribue la forte augmentation de projets solaires communautaires aux États-Unis à la mise en œuvre de règlementations favorisant leur développement.

Durant la transition à zéro émission nette, il nous est possible d’envisager nos systèmes énergétiques comme une partie intégrale de nos quartiers et de nos communautés. De tels systèmes favorisent notre sécurité énergétique et financière, protègent l’environnement et peuvent même embellir l’espace public.

Au nom de Coalition Bien-Vivre Sudbury, un groupe populaire de citoyens et de groupes communautaires qui partagent une vision de Sudbury en tant que communauté verte, saine et engagée. Pour plus d’informations portant sur un Grand Sudbury zéro émission nette, voir liveablesudbury.org/net_zero_sudbury.