Un plan ambitieux pour faire de Sudbury une ville verte

Philippe Mathieu
Philippe Mathieu
Le Voyageur
Plan communautaire en matière d’énergie et d’émissions du Grand Sudbury

Sudbury pourrait encore une fois être un exemple de ville soucieuse de l’environnement. Le Plan communautaire en matière d’énergie et d’émissions du Grand Sudbury (PGCÉÉ) suit des décennies d’initiatives de réduction d’énergie et d’émissions dans la communauté et répond à la déclaration d’urgence climatique du conseil municipal du 28 mai 2019.

Le Plan a été approuvé à l’unanimité lors de la rencontre municipale de la semaine dernière. Cet engagement signifie que, d’ici 2050, la ville ne produira pas plus d’émissions de gaz à effet de serre qu’elle ne pourra compenser par d’autres mesures, comme le reboisement.

«C’est la chose la plus importante, concernant le changement climatique, que nous traiterons probablement de toute notre vie», a déclaré le conseiller Geoff McCausland.

Le plan définit les actions et les priorités pour la ville pour les 30 prochaines années, notamment une réduction significative de la consommation de l’eau, la modernisation des bâtiments, l’électrification du transport en commun et l’augmentation des efforts de reboisement.

«C’est une étape très importante dans l’histoire de la municipalité», affirme la conseillère Joscelyne Landry-Altmann. Le PGCÉÉ utilise l’énergie, les émissions, l’utilisation des terres et la modélisation financière pour déterminer les efforts à l’échelle communautaire nécessaires pour atteindre un objectif de zéro émission nette de 2050.

«Nous sommes très heureux que le Plan communautaire en matière d’énergie et d’émissions du Grand Sudbury ait été appuyé à l’unanimité par le Conseil municipal», déclare au Voyageur la représentante de la Coalition Bien-Vivre Sudbury, Christine Caveen. «C’est un plan ambitieux, mais tout à fait réalisable, qui bénéficie de l’appui solide de la communauté. Nous comptons sur l’appui continu du conseil pour la mise en œuvre d'un plan qui profitera à la communauté à bien des égards.»

Les 18 objectifs du plan de gestion communautaire de l’énergie et des émissions

  • Atteindre l’efficacité énergétique et la réduction des émissions en créant des collectivités compactes et complètes grâce à des aménagements intercalaires; diminution de la taille des logements grâce à une augmentation des immeubles multifamiliaux; et augmentation de la combinaison de types de bâtiments;
  • Augmenter périodiquement l’efficacité énergétique des nouveaux bâtiments jusqu’à ce que tous les nouveaux bâtiments en 2030 soient conformes à l’efficacité énergétique des maisons passives;
  • Le parc immobilier existant est modernisé pour une efficacité énergétique accrue de 50 % d’ici 2040 et les grands bâtiments sont régulièrement remis en service;
  • Atteindre des émissions nettes nulles dans les bâtiments de la ville d’ici 2040;
  • Diminuer la consommation d’énergie dans le système de traitement et de distribution d’eau potable jusqu’à 60 % d’ici 2050;
  • Réacheminer 90 % des déchets solides d’ici 2050. Une installation de digestion des matières organiques et des biosolides sera opérationnelle d’ici 2030;
  • Améliorer le service de transport en commun pour qu’ils composent 25 % de la circulation d’ici 2050;
  • Que les modes de transport actif composent 35 % de la circulation d’ici 2050;
  • Électrifier à 100 % le transport en commun et de la flotte urbaine d’ici 2035;
  • 100 % des ventes de véhicules neufs seront électriques d’ici 2030;
  • Augmenter l’efficacité énergétique industrielle de 50 % d’ici 2040;
  • Créer une coopérative d’énergie renouvelable pour faire progresser les systèmes d’énergie solaire et d’autres efforts d’énergie renouvelable;
  • Installer 10 MW de cellules solaires photovoltaïques au sol chaque année à partir de 2022;
  • Installer des systèmes solaires photovoltaïques sur 90 % des nouveaux bâtiments et 80 % des bâtiments existants, fournissant 50 % de leur charge électrique;
  • Élargir le système énergétique du centre-ville à 23 MW de capacité;
  • Installer 50 MW de stockage d’énergie renouvelable;
  • Procurer 100 % de l’électricité du réseau communautaire et 75 % de la demande de gaz naturel à partir de sources renouvelables d’ici 2050;
  • Augmenter les efforts de reboisement du programme de reverdissement.