Le cocktail cubain appelé mojito est un exemple de boisson rafraichissante à base de menthe qui peut se faire avec ou sans alcool.
Le cocktail cubain appelé mojito est un exemple de boisson rafraichissante à base de menthe qui peut se faire avec ou sans alcool.

Se nourrir de la nature : la menthe indigène du Nord de l’Ontario

Awa Dembele-Yeno
Awa Dembele-Yeno
Journal Le Nord
Une espèce de menthe indigène du Nord est en voie de disparition

L’Ontario est le bercail de plusieurs espèces de menthe sauvage, notamment la menthe des champs (Mentha arvensis), la menthe à épis (Mentha spicata) et la menthe poivrée (Mentha piperita), d’après le blogue Northern Bushcraft. Malgré la rapidité à laquelle la plupart des espèces de menthe se propagent, le ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales indique quand même sur son site web qu’une espèce de menthe indigène est en voie de disparition : le pycnanthème gris, qui fait maintenant partie de la liste des espèces en péril de l’Ontario, car les deux peuplements qui existent dans la province sont les seuls au Canada.

Dans la classification scientifique, les menthes ontariennes appartiennent toutes à la famille des lamiaceae ou labiatae à en croire le site Ontario Wildflower.

Cela signifie, d’après le chercheur R. R. Raja, que comme les autres plantes de cette famille à laquelle appartiennent la sauge, la marjolaine, la sarriette, le romarin, l’origan ou la lavande, les différentes menthes sont aromatiques et peuvent avoir des vertus dites médicinales.

«La plante a des propriétés sédatives, diurétiques, toniques, antispasmodiques et antiseptiques», écrit M. Raja. Cela signifie que la plante permet de mieux dormir et d’aller aux toilettes, donne de l’énergie, permet de limiter les contractions musculaires douloureuses et limite la multiplication des bactéries.

Riches en vitamine A, selon une fiche d’information produite par l’Association forestière du sud du Québec (AFSQ), la menthe des champs, la menthe à épis et la menthe poivrée facilitent aussi «la digestion en combattant les crampes du système digestif et les gaz intestinaux et en augmentant et liquéfiant la bile».

Le document de l’AFSQ contient également d’autres suggestions pour utiliser les menthes sauvages. Il est apparemment possible de teindre des tissus avec de la menthe sauvage. De plus, «son odeur éloigne les souris et la vermine. Pour attraper un rat, on peut placer des chiffons imprègnes d’huile de menthe dans les sorties secondaires et attendre devant l’entrée principale», est-il écrit dans la fiche d’information.

Consultez le site du journal Le Nord

Populaires pour leur gout prononcé

Cependant, parce qu’elles sont aromatiques, les menthes ontariennes sont utilisées principalement pour donner de la saveur à des aliments.

La menthe poivrée, d’après la pépinière Blue Sky Nursery, a un gout et une odeur de menthe très prononcés. Elle peut, à en croire le site web de la pépinière, être «utilisée en cuisine, en pâtisserie, pour faire du thé ou dans des boissons fraiches». Cela s’applique aussi à toutes les menthes sauvages comestibles.

Le cocktail cubain appelé mojito est un exemple de boisson rafraichissante à base de menthe qui peut se faire avec ou sans alcool. Traditionnellement, la recette comprend des feuilles de menthe fraiche, de la lime, du sucre, du rhum blanc, de l’eau gazeuse et de la glace pilée, selon le site espagnol Recetas de Rechupete.

Ricardo, quant à lui, a une recette de sirop à la menthe fait maison, tandis que la version québécoise du site Allrecipes propose une recette de gelée à la menthe. La menthe se consomme aussi dans des plats salés, comme la salade de couscous appelée taboulé, les salades de concombre, de betterave ou les sandwichs au poulet.

Les amoureux de la cuisine britannique peuvent même utiliser ces menthes sauvages pour la recette de veau à la menthe. Selon l’AFSQ, «les fleurs sont comestibles et sont superbes, par exemple, dans les salades de fruits».          

Lors d’un de ses voyages, l’artiste nord-ontarien Laurent Vaillancourt a trouvé une autre manière d’utiliser la menthe : «Avec un copain, on est partis en canot et on n’a pas apporté de thé ou de café. On s’est dit : “On va trouver quelque chose.” Lorsqu’on est arrivé aux chutes de Thunderhouse, on est tombés dans une talle de menthe. Donc, on a cueilli beaucoup de menthe et c’est ça qu’on a utilisé tout le reste de notre voyage! Le matin, on se faisait de la menthe. Le soir, on se faisait un thé de menthe. Et puis un matin, il en restait du froid. On n’avait pas de lait et on avait du granola, fait qu’on a mis ça dans le granola.»

Aux dires de M. Vaillancourt, le gout était agréable.