L’extérieur de l’École Blind River. Elle occupe une aile de l’école secondaire anglophone.
L’extérieur de l’École Blind River. Elle occupe une aile de l’école secondaire anglophone.

Une nouvelle école ouvre ses portes à Blind River

Philippe Mathieu
Philippe Mathieu
Le Voyageur

La nouvelle École publique de Blind River a accueilli ses premiers élèves la semaine dernière. Il s’agit de la première école francophone publique élémentaire de la région.

L’école a vu le jour grâce à un partenariat entre le Conseil scolaire public du Grand-Nord de l’Ontario (CSPGNO) et l’Algoma District School Board (ADSB). Elle occupe seulement deux salles de classe dans une aile de l’école secondaire WC Eaket du ADSB. Elle compte dix élèves et deux enseignants ainsi que la directrice Hélène Rancourt. 

«Ça a été une rentrée occupée, mais on s’en est sorti!», s’exclame la directrice en riant.

Les élèves sont présentement divisés en deux classes : une de la maternelle à la 4e et une autre de la 5e à la 8e année. La nouvelle école devrait croitre au cours des prochaines années, mais le conseil s’attend à ce que les classes restent petites. L’école adoptera donc une nouvelle approche pour enseigner aux enfants. 

La directrice de la nouvelle école, Hélène Rancourt.

«On s’attend d’offrir des classes plutôt multiniveaux avec de la collaboration, l’entraide de tout le monde, explique Hélène Rancourt. L’approche [idéale] n’est pas papier-crayon ici, mais la pandémie empêche un peu la vision, car on aimerait que tout le monde soit à une table et s’entraide.» Elle ajoute que les élèves ont accès à un ordinateur Chromebook lorsqu’ils sont à l’école. 

Une nouvelle école sera construite dans les prochaines années pour amalgamer les deux écoles du ADSB et en faire une seule qui accueillera les élèves de la maternelle à la 12e année, L’École publique de Blind River aura aussi son espace dans ce nouveau bâtiment. «Ça va prendre un peu de temps. On n’a pas mis la pelle dans le terrain encore, mais ça s’en vient», dit Mme Rancourt. 

La création collaborative d’un bâton de parole avec des élèves de la 1re et 3e année