Parry Sound
Parry Sound

Une école secondaire francophone à Parry Sound dès septembre

Julien Cayouette
Julien Cayouette
Le Voyageur
En attendant, l’école élémentaire en place a gagné 8 élèves au cours des dernières semaines

Le Conseil scolaire public du Nord-Est de l’Ontario (CSPNE) a voté en faveur de la création d’une école secondaire de langue française à Parry Sound dès septembre 2021. Seulement une classe de 9e année sera ajoutée à l’École publique aux Quatre-Vents. La résolution a été approuvée lors de la réunion du 25 février.

Dès l’annonce de la création de l’école en 2018, le conseil anticipait la création d’une école secondaire afin de permettre à ses élèves du primaire de poursuivre leur éducation en français au secondaire. Aucune date n’avait cependant été établie. Le conseil voulait d’abord s’assurer que le besoin et le désir seraient bien là.

«Dès la première année, les parents nous ont envoyé une lettre indiquant qu’ils voulaient avoir une école secondaire dès septembre 2021», raconte le directeur de l’éducation du CSPNE, Simon Fecteau. Une lettre similaire a été envoyée cette année. Des parents dont les enfants seront au secondaire plus tard y avaient aussi apposé leur signature. 

Les discussions entre les parents et le comité qui suit ce dossier ont commencé en décembre. «Les parents ont été très clairs que oui, ils étaient embarqués dans le projet.»

Il y a présentement trois élèves inscrits en 8e année à l’É.p. aux Quatre-Vents et qui feront le saut en 9e année. Il y a quand même une petite possibilité d’avoir un peu plus d’inscriptions.

«On voit qu’il y a des familles de l’extérieur qui ont commencé à venir vers Parry Sound et certains disent clairement à notre direction qu’ils n’auraient pas fait le déménagement s’il n’y avait pas eu une école francophone. C’est encourageant à entendre», rapporte Simon Fecteau.

Une école neuve encore loin

En attendant, l’école élémentaire en place grandit déjà rapidement. Le directeur de l’éducation rapporte que, depuis février seulement, huit nouveaux élèves se sont inscrits et ont rejoint l’école.

Pour cette raison et pour l’ajout de la classe de secondaire, le conseil négocie déjà avec le propriétaire du centre commercial qui abrite l’école pour obtenir plus d’espace. 

Ce centre commercial est toujours un site temporaire et le conseil espère toujours pouvoir construire une école au cours des prochaines années. Leur première demande de financement a été refusée lors de la plus récente ronde de financement d’infrastructures scolaires par le gouvernement. 

Le refus n’était pas totalement négatif, «il y avait un peu un bémol non officiel», rapporte M. Fecteau. Le ministère veut donner plus de temps à l’école pour s’implanter, voir comment elle grandit afin de déterminer plus précisément les besoins en espace. Mais peu importe le résultat, l’école élémentaire et l’école secondaire resteront dans le même édifice.

«C’était le début d’un oui», lance Simon Fecteau. Le conseil se prépare déjà à déposer une nouvelle demande lors de la prochaine ronde au printemps.