Un air de déjà vu

Philippe Mathieu
Philippe Mathieu
Le Voyageur
Les pour et les contres de l'apprentissage en ligne

Le gouvernement de l’Ontario a annoncé le 3 janvier, deux jours avant la rentrée des classes prévue en personne, que les écoles passeraient à l’apprentissage en ligne jusqu’au moins le 17 janvier. Des questions sont soulevées quant aux conséquences à long terme de l’apprentissage en ligne et sa valeur.

Les Ontariens doivent s’organiser une fois de plus pour une situation difficile : l’école en ligne, pour certain en parallèle avec le travail à distance. Ce serait en Ontario que cette situation aurait été plus courante. 

Selon Robert Benzie du Toronto Star, le gouvernement de Doug Ford s’est statistiquement classé au dernier rang en Amérique du Nord pour le temps que les écoles sont restées ouvertes au cours des 22  derniers mois. 

Trouver l’équilibre

La situation actuelle présente des difficultés des deux côtés. Le variant Omicron pousse les cas et les hospitalisations vers de nouveaux sommets presque quotidiennement. De l’autre côté, les parents, les enseignants et les élèves subissent le stress de la vie en ligne, où la qualité de l’éducation est en question. 

Comme des études l’ont montré à maintes reprises, la compréhension de la matière enseignée par les élèves diminue chaque fois que l’école est mise en ligne.

Bien que l’infirmière hygiéniste pour Santé publique Sudbury et districts, Natalie Philippe, affirme que «l’apprentissage en personne est essentiel au bon développement physique, social et mental des enfants», elle ajoute qu’il est «difficile pour les décideurs de trouver un équilibre entre les risques concurrents à la transmission de la COVID-19 et les risques pour l’apprentissage social, émotionnel et scolaire».

Bien que le bureau de la santé soit d’accord avec la décision du gouvernement, ils espèrent que cela changera bientôt. «La décision provinciale de passer à l’enseignement en ligne sera réévaluée le 17 janvier. Nous espérons qu’à ce moment-là, nous serons en mesure de remettre en place l’apprentissage en personne», dit-elle. 

Selon elle, il n’y a pas de solution évidente à cette situation stressante pour beaucoup. «Les enfants qui apprennent à la maison ajoutent des couches de stress sur les parents et les tuteurs qui ont déjà fait face à tant d’incertitudes et d’inconnues pendant cette pandémie. Nous reconnaissons le travail et le sacrifice des parents et des familles qui s’efforcent de soutenir l’apprentissage virtuel tout en jonglant avec de nombreuses autres responsabilités», affirme-t-elle. 

Il y a malheureusement peu d’autres avenues pour ralentir la propagation du variant Omicron. «Avec la propagation rapide de la COVID-19 due au variant Omicron, qui est hautement transmissible, la mise en œuvre de l’apprentissage en ligne peut avoir un impact sur le ralentissement de la propagation de la COVID-19 dans notre communauté ainsi que dans la province. Ces mesures supplémentaires constituent un moyen additionnel de ralentir la propagation du virus.»

La meilleure chose à faire reste de se faire vacciner. «Nous encourageons le personnel scolaire qui n’a pas encore reçu sa dose de rappel de le faire. Nous encourageons également les parents d’enfants âgés de 5 à 11 ans à faire vacciner leurs enfants le plus tôt possible, si ce n’est déjà fait. Les vaccins jouent un rôle essentiel dans la sécurité des élèves, du personnel et de la communauté», explique Natalie Philippe.