Trois membres de l'Association d'éducation de l'Ouest Nipissing lors de la réunion du 21 juillet 1971 : Denise Giroux, secrétaire, Edgard Gagné, président, et Nelson Cholette. 
Trois membres de l'Association d'éducation de l'Ouest Nipissing lors de la réunion du 21 juillet 1971 : Denise Giroux, secrétaire, Edgard Gagné, président, et Nelson Cholette. 

Réunion de préparation avant l’arrivée du premier ministre

Julien Cayouette
Julien Cayouette
Le Voyageur
50e anniversaire de la Crise de Sturgeon Falls

Il y a exactement 50 ans, le 21 juillet 1971, l’Association d’éducation de l’Ouest Nipissing se rassemblait à l’École La Résurrection de Sturgeon Falls pour faire le point sur leur demande pour une première école secondaire de langue française dans cette municipalité. Ils se préparaient à la venue du premier ministre ontarien William Davis à North Bay le 2 aout. (J.C.)

Septembre 2021 marquera le 50e anniversaire de la grève des élèves de Sturgeon Falls, mais le conflit se dessine depuis quelques années.

Depuis l’adoption de la Loi 141 sur les écoles secondaires et les conseils scolaires en 1968, parents et élèves de Sturgeon Falls demandaient la construction d’une école secondaire de langue française. Cette loi autorisait la construction d’écoles pour les francophones si le conseil scolaire jugeait que «le nombre de ces élèves le justifie».

Dans divers articles et éditoriaux du Voyageur en 1971, on indique que l’école secondaire bilingue locale comptait 1300 élèves francophones et 500 élèves anglophones. De plus, cette école avait été construite pour accueillir jusqu’à 1500 élèves; il y en avait donc 300 de plus. 

La loi ne donnait pas un nombre absolu d’élèves requis pour la construction, mais Le Voyageur soutenait à l’époque que 1000 élèves étaient requis. Avec 1300, la communauté de Sturgeon Falls en comptait bien assez. 

Pourtant, la Commission scolaire (Board of Education) Nipissing refusait la demande, soutenant que construire une école pour les 500 élèves anglophones serait trop dispendieux.

Selon le Centre de recherche en civilisation canadienne-française, l’Association d’éducation de l’Ouest Nipissing a été créée en 1970 et a pris la tête du mouvement pour réclamer une école seulement pour les francophones. 

Pendant l’année scolaire 1970-1971, l’école fonctionnait sous un modèle mixte : les anglophones et les francophones avaient chacun leur section, mais l’administration était la même. Les relations entre les deux groupes d’étudiants se sont envenimées pendant l’année et un désaccord au sujet de l’annuaire scolaire a mené à un conflit qui opposait l'administration, les élèves, les enseignants et les parents.

Au cours de l’été 1971, des élèves ont formé le Comité d’action étudiantes pour appuyer l’association existante.

Le Voyageur aura d’autres photos souvenirs sur la crise au cours des prochaines semaines.