Gaia Dhatt avec un ordinateur qui montre la page d’introduction à son projet L’impact de la Covid-19 sur notre génération.
Gaia Dhatt avec un ordinateur qui montre la page d’introduction à son projet L’impact de la Covid-19 sur notre génération.

Première place pour une jeune curieuse francophone à Expo-sciences régionale

Philippe Mathieu
Philippe Mathieu
Le Voyageur

Gaia Dhatt de l’École St-Denis de Sudbury a remporté la première place dans la division junior de l’Expo-sciences régionale de Sudbury. Son projet de recherche intitulé L’impact de la COVID-19 sur notre génération lui permet de participer à l’Expo-sciences pancanadienne. 

L’Expo-sciences régionale de Sudbury s’est déroulée de manière virtuelle. Les gagnants ont été annoncés lors de la cérémonie de remise des prix le 18 avril. Gaia Dhatt est aussi récipiendaire du prix de distinction Child Health Research. 

Elle ne s’attendait pas à gagner dans sa division. «C’était vraiment excitant! J’étais vraiment surprise d’apprendre ça, puisqu’il y avait plusieurs projets incroyables», dit l’élève de 8e année. 

Son projet était fondé sur les sentiments que la pandémie a provoqués chez elle. «Je voulais vraiment faire le projet parce que, comme tout le monde, j’étais prise à la maison pendant plusieurs mois. Ça m’a affecté que je ne pouvais pas voir mes amis. Je voulais voir si d’autres personnes se sentaient comme moi, spécifiquement les personnes de mon âge», raconte-t-elle.

La recherche et le montage du projet lui ont pris environ 2 mois. «J’ai donné un sondage dans Google Forms. Quand j’ai eu toutes les données, je les ai mises dans des spreadsheets, dans des graphiques et des choses comme ça.»

Elle explique que, pour avoir des résultats précis, elle a dû poser des questions très précises et diviser sa recherche en catégories. «Par exemple, dans la section scolaire, j’ai demandé aux élèves si c’était difficile à apprendre avec des masques. Dans la section familiale, j’ai demandé si les élèves pensaient que l’anxiété dans leurs familles a augmenté. Dans la section scolaire, j’ai demandé s’ils avaient de la difficulté à communiquer avec d’autres personnes.»

Elle dit que la seule chose qu’elle aurait voulu améliorer dans son projet était d’avoir des données de différents groupes âges. «Je voulais vraiment avoir plus d’années scolaires, comme la 5e et la 4e. Les résultats étaient pas mal tout de même pour toutes les années et toutes les sections qui étaient scolaires, familiales et sociales. L’affectation sociale a été plus affectée», explique-t-elle. 

Maintenant, elle se concentre sur l’Expo-sciences pancanadienne qui aura lieu de manière virtuelle du 17 au 21 mai. 

D’autres élèves francophones ont remporté des honneurs lors de la compétition. 

Roch Gareau et Tyler Rhéaume, de la 7e année à l’École Alliance St-Joseph, ont remporté la 2e place dans la catégorie génie au niveau junior avec «La canne à pêche électrique pour les amputés».

Sophie Keenan, de la 7e année à l’École St-Denis, a remporté la 3e place dans la catégorie génie au niveau junior avec «La création d’un moteur pour bateau».

Sophie Lefebvre et Hailey Thurlow, de la 7e année à l’École Alliance St-Joseph, ont remporté le prix de Clean Air Sudbury avec «Zamboni vs tuyau de pompier pour inonder la patinoire».

Chloé Rodrigue, en 11e année au Collège Notre-Dame, a remporté la 2e place dans la catégorie sciences de la vie au niveau sénior, le prix sénior du Collège Boréal ainsi que le prix des sciences criminalistiques avec «Surmonter l’épidémie : le Fentanyl».

Alexie Poirier et Julianna Thériault, de la 9e à l’École secondaire catholique Champlain, ont remporté la 3e place dans la catégorie génie au niveau intermédiaire ainsi que le prix de l’environnement avec «Système de filtration pour air pollué».

Vyanna Messier et Tessa Miville, de la 11e année au Collège Notre-Dame, ont remporté la 3e place dans la catégorie sciences de la vie au niveau sénior et  une bourse d’admission de l’Université d’Ottawa avec «L’amour est-il une vraie émotion».

Kaliange Parent, en 10e année au Collège Notre-Dame, a remporté la 3e place dans la catégorie des sciences physiques au niveau intermédiaire ainsi que le prix intermédiaire du Collège Boréal avec «Détruire un virus avec la gravité pulsative». 

Pascale Lapensée, de l’École publique de la Découverte, a remporté la 3e place dans la catégorie Sciences physique junior et le prix de l'Institut de Chimie du Canada avec «La comparaison de couleurs du thé pois bleu contre le jus de chou rouge pour les différents pH».