Kennedy Cresswell a reçu la bourse de graduation Edna L. Moore
Kennedy Cresswell a reçu la bourse de graduation Edna L. Moore

Les efforts d’une étudiante en sciences infirmières récompensés

Julien Cayouette
Julien Cayouette
Le Voyageur

Kennedy Cresswell a reçu la bourse de graduation Edna L. Moore de l’Université Laurentienne. Cette bourse est remise annuellement à un.e finissant.e des programmes de sciences infirmières de l’institution. L’ancienne de l’École secondaire Macdonald-Cartier a reçu la distinction pour avoir maintenu des notes élevées pendant ses quatre années d’études et avoir démontré un intérêt et des compétences avancées en santé publique et en santé mentale.

L’importance du prix est davantage dans ce qu’il célèbre que le montant de la bourse. Le prix est remis annuellement à une seule étudiante parmi les programmes en anglais et en français de sciences infirmières.

Kennedy Cresswell était inscrite dans le programme en anglais principalement parce qu’il n’y avait plus de place en français lorsqu’elle a pris sa décision. Cependant, elle a suivi le plus de cours possible en français et a obtenu sa certification de bilinguisme, «j’ai techniquement le même baccalauréat que les francophones», explique-t-elle. 

«Ç’a toujours été mon but de ne pas regarder la santé comme juste des maladies, raconte Kennedy Cresswell. La santé vient aussi des programmes d’exercice et de nutrition, en appuyant les populations plus vulnérables… Si on veut vraiment faire une différence dans la santé communautaire, il faut attaquer les problèmes avant qu’ils se manifestent.»

«Je pense que tout le monde à la capacité de vivre une belle vie et si je peux être cette personne qui peut faire une petite différence pour rendre ce chemin un peu plus facile pour ma communauté, pour les autres, c’est ça qui va me faire sourire à la fin de la journée», ajoute-t-elle.

En plus d’exceller dans ses études, Kennedy a pris le temps d’organiser quelques collectes de fonds pour des organismes à but non lucratif. En mars 2019, elle a organisé une activité de peinture qui a permis d’amasser 950 $ pour Northern Ontario Families of Children with Cancer, un organisme qui a beaucoup aidé son frère plus jeune et sa famille il y a plusieurs années. Elle a également recueilli 500 $ avec un bingo virtuel pour le Friendship Centre cette année. 

Le prix lui permet aussi de réaliser qu’elle avait bel et bien terminé son programme. Après un an de cours virtuel et sans voir ses amis, il manquait quelque chose pour marquer la fin de ce parcours «de façon idéale». «Quand j’ai reçu la lettre, c’était comme un rappel que j’ai vraiment travaillé fort pendant les quatre années. La pandémie m’a un peu fait oublier ce que j’ai fait, donc c’était un beau message à recevoir que tous tes efforts sont reconnus et que les autres l’ont remarqué», raconte-t-elle.

La diplômée va prendre du temps cet été pour relaxer et passer son examen d’entrée dans la profession. Elle a été acceptée à la maitrise en Nursing à l’université McGill. Elle a choisi cette institution montréalaise afin de ne pas vivre dans un milieu entièrement anglophone. Cependant, elle ne veut pas faire une autre année de cours à distance et a décidé d’attendre un an avant de commencer. Elle espère se trouver un emploi à Sudbury pour continuer à aider sa communauté avant de retourner à l’école.