La petite enfance en tête

Venant Nshimyumurwa
Venant Nshimyumurwa
Le Voyageur
Nouveaux réseaux InterAgir

Une quinzaine d’années après la naissance des réseaux régionaux de langue française et de la stratégie «Meilleur départ», les réseaux InterAgir se mettent en place. Le but : montrer l’importance d’agir ensemble pour faire une différence en petite enfance francophone. 

Le réseau InterAgir Nord est l’un des sept réseaux InterAgir que compte l’Ontario. Il appuie les éducateurs en petite enfance, les familles et tous les services à l’enfance, tels que les services de garde, les centres On y va, les services récréatifs et les journées scolaires prolongées. 

«Le réseau InterAgir poursuit trois objectifs, à savoir la valorisation de la profession, le développement professionnel continu et le réseautage», explique la représentante des garderies au réseau InterAgir Nord et directrice générale du Centre Pivot du Triangle Magique, Julie Marsh.

Rappelons que le métier d’éducatrice et d’éducateur en garderie a bien changé, mais le grand public n’est pas nécessairement au courant. Les garderies font maintenant plus que de s’occuper des enfants pendants que papa et maman travaillent. Ce sont des centres d’éducation préscolaires, qui préparent les enfants à la maternelle. Les travailleuses et travailleurs sont formés en conséquence. 

Des réalisations…

Avec l’aide de l’Association francophone à l’éducation des services à l’enfance de l’Ontario (AFÉSEO), qui coordonne tous les réseaux, InterAgir Nord compte déjà quelques réalisations, notamment dans le cadre du développement professionnel continu. 

On peut citer l’adaptation en français d’outils d’apprentissage pour les éducatrices et les éducateurs ainsi que les parents sur le bienêtre et la santé, en collaboration avec le bureau de santé publique de Sudbury. Sans oublier l’adaptation en français du module en ligne sur le développement social (maturité affective) à l’intention des éducateurs et éducatrices. 

Julie Marsh souligne que des efforts sont également fournis en communication, sensibilisation et réseautage «pour annoncer qu’on est là».

… mais aussi des problèmes

Malgré ce décollage prometteur du nouveau format visant la promotion et la valorisation de la profession d’éducateurs de la petite enfance, le réseau se heurte à un obstacle de taille : la pénurie des éducateurs de la petite enfance. 

«Depuis les cinq dernières années, le problème de manque d’éducatrices ou éducateurs est là. Mais la pandémie a aggravé les choses», déplore Julie Marsh. 

Conséquence : de longues listes d’attente. «Plusieurs familles restent sur les listes d’attente, car on n’a pas assez de places. On ne peut pas desservir tous les parents qui ont besoin de service dans certaines parties de la communauté, comme dans les centres-ville», explique Julie Marsh. 

La lutte continue. Le slogan d’InterAgir, «L’enfant au cœur de nos actions», demeure la priorité.

Le réseau InterAgir Nord couvre les régions de Manitoulin-Algoma, Thunder Bay, Sudbury, Longlac, Sault-Ste-Marie, Wawa, North Bay et Rainy River.