L’entrée de l’école La Renaissance est à la droite de l’édifice.
L’entrée de l’école La Renaissance est à la droite de l’édifice.

La nouvelle École catholique La Renaissance accueille enfin ses élèves

Philippe Mathieu
Philippe Mathieu
Le Voyageur

L’École catholique La Renaissance à Espanola accueillera finalement environ 250 élèves de la maternelle à la 12e année cette semaine. L’école moderne est en construction depuis 2017 et son ouverture a été retardée d’un an par la pandémie.

Le bâtiment accueillera les élèves de trois anciennes écoles. Une moitié accueillera les anciens élèves de l’École Saint-Joseph et ceux de l’École secondaire catholique Franco-Ouest du Conseil scolaire catholique Nouvelon qui, ensemble, feront maintenant partie de l’École catholique La Renaissance. L’autre moitié accueillera les élèves anglophones de l’école Sacred Heart Catholic Elementary du Huron-Superior Catholic District School Board. 

«Si tu coupes le bâtiment en deux, tu verras qu’ils sont presque identiques, les deux écoles. Les deux conseils ont très bien collaboré ensemble», explique la directrice de La Renaissance, Lynn MacLean. Une des différences des deux parties similaires : les carreaux de sol sont de nuances de bleu différentes.

Les premières discussions pour créer une grande école francophone à Espanola datent d’environ 15 ans. Mme MacLean est directrice de l’École Saint-Joseph et, en même temps, de l’École secondaire catholique Franco-Ouest depuis le début de la construction de La Renaissance. 

Le bâtiment devait accueillir ses quelque 500 étudiants en septembre 2020, mais n’a pas été prêt à temps en raison des restrictions dues à la pandémie. «Ce fut un long voyage. […] Les deux écoles sont rendues beaucoup trop vieilles. […] Ça fait tellement du bien de voir cette école finalement ouverte», dit la directrice. 

Les deux écoles ont des entrées distinctes. Elles partageront le gymnase, qui est divisé en trois parties égales dont deux pour La Renaissance. Les écoles partageront aussi le terrain de récréation avec des blocs de temps spécifiques pour assurer que les enfants de différentes écoles ne s’entremêlent pas.

Il y a aussi une garderie à l’arrière du bâtiment. 

Les niveaux scolaires seront divisés par étage. L’élémentaire, qui compte environ 200 élèves, 30 enseignantes et 4 éducatrices, occupera le premier plancher. Le secondaire, avec ses 50 élèves, 10 enseignantes et une éducatrice, occupera le deuxième plancher. «C’est quand même une grosse école», lance la directrice.

La directrice de l’école La Renaissance, Lynn MacLean.
Une partie de la cour de l’École La Renaissance.
La scène du gymnase partagé.
Le gymnase de l’école La Renaissance.
Les deux couleurs des tuiles de plancher qui différencient l’École La Renaissance et l’école Sacred Heart.

Pour l’enfant d’aujourd’hui

La nouvelle école contient de nombreux éléments d’innovation et de modernité. L’école se concentre sur l’adoption de la technologie comme spécialisation, en proposant toutes sortes de cours en informatique. 

L’une des grandes priorités de la conception pour Lynn MacLean était d’avoir un grand gymnase plein d’équipements à jour, avec une scène et un grand mur pour répéter et mener d’autres activités dans les coulisses. «C’est vraiment la pièce de résistance de l’école», dit-elle. 

Les classes des plus jeunes vont permettre aux élèves de bouger un peu plus et se mettre à l’aise. Par exemple, certaines ont peu de chaises solides. Les chaises sont remplacées par des ballons ou des sièges qui permettent à l’enfant de bouger dans son siège. Dans ces salles de classe, il y a aussi des chaises à roulettes.

Les jeunes enfants ont accès à des chaises qui permettent de bouger un peu.

Pour les élèves un peu plus âgés, il y a toutes sortes de tables et de chaises. Quelques-unes sont des chaises ordinaires, la plupart des chaises ont des roulettes. La hauteur de certaines tables est réglable pour se tenir debout et certaines ont une surface comme un tableau blanc. «Cela facilite grandement la collaboration entre les étudiants. C’est tout pour le rendre plus facile et plus confortable pour tous. […] J’ai pris avantage de ces quatre ans de constructions pour acheter une chaise ici et une table là-bas chaque année pour vraiment avoir une grande variété d’outils», explique Lynn MacLean. 

Pour elle, voir une nouvelle école francophone à Espanola est un grand succès. «Ça veut dire beaucoup de choses pour beaucoup de gens d’avoir ça dans une communauté majoritairement anglophone. C’est important pour la communauté francophone.»

La salle de science pour les élèves du secondaire.