La Coalition insatisfaite de la réponse du NPD

La voix du Nord
La voix du Nord
Le Voyageur

La Coalition nord-ontarienne pour une université francophone reste insatisfaite des réponses du Nouveau Parti démocratique au sujet du transfert des programmes francophones de l’Université Laurentienne vers l’Université de Sudbury. Après qu’elle est écrite au chef Jagmeet Singh, la réponse reçue démontre que le NPD croit au mandat bilingue de l’Université Laurentienne.

Dans une lettre reçue le 6 septembre par la Coalition, le NPD a répondu «nous ne renoncerons pas non plus à la vision de l'Université Laurentienne en tant qu'institution bilingue et triculturelle. En fait, nous croyons que davantage d'universités devraient adopter ce mandat», transcrit la coalition dans son communiqué.

Lors de son passage à Sudbury le 28 aout, Jagmeet Singh avait répondu à une question d’un journaliste de ONfr qu’il appuyait l’Université Laurentienne et l’Université de Sudbury, mais pas le transfert de programmes en français. Il parle tout de même d’une augmentation des services aux francophones.

La Coalition a voulu avoir plus de précision au sujet de la position du NPD et lui a fait parvenir une lettre. Elle a rappelé au chef néodémocrate que «la meilleure façon d’assurer la pérennité des communautés minoritaires de langue française au Canada est que celles-ci puissent gérer leurs propres institutions, surtout les institutions dans le domaine de l’éducation».

Le porte-parole de la Coalition, Denis Constantineau, rappelle que, par le biais du Comité triculturel pour l’éducation universitaire, les communautés francophones et autochtones ont affirmé le 9 septembre que la Laurentienne n’avait plus de légitimité auprès de ces deux communautés. 

La Coalition invite M. Singh à revenir à Sudbury après les élections afin que les francophones et autochtones puissent plus facilement partager leur point de vue.