Les élèves de l’École élémentaire Christ-Roi lors de l’inauguration.
Les élèves de l’École élémentaire Christ-Roi lors de l’inauguration.

Enfin un peu de vitesse

L’École élémentaire Christ-Roi de River Valley est maintenant propriétaire d’une tour de communication qui lui permet, enfin, d’avoir un accès fiable à internet haute vitesse. Dans l’avenir, c’est toute la communauté qui pourrait finir par en profiter.

La représentante des élèves, l’élève de 8e année Linden Fisher, croit que leur expérience d’apprentissage sera grandement améliorée. «On va pouvoir faire nos recherches bien plus facilement. [Avant], ça prenait des heures. Des fois, on commençait des projets et on ne pouvait pas les finir à temps à cause d’internet.»

Christ-Roi est l’une des dernières écoles du Conseil scolaire catholique Franco-Nord (CSCFN) qui n’avait pas un accès internet adéquat. La communauté de River Valley dans son ensemble est en fait mal desservie, comme l’illustre le directeur informatique du conseil, Daniel Gagné :


« Le service est partagé, si quelqu’un [dans la communauté] faisait du Netflix, à l’école, l’internet ne fonctionnait pas. »
Daniel Gagné

Lors des journées pédagogiques, le personnel se rendait dans une autre école du conseil afin de pouvoir travailler.

Longues discussions

Malgré les discussions avec Bell, l’entreprise de télécommunication n’a jamais voulu faire les démarches qui auraient permis d’avoir un meilleur service pour les résidents et l’école. Le conseil a donc pris les choses en main.

Ils ont lancé un premier appel d’offres pour ne trouver une entreprise qui voudrait installer un accès internet d’au moins 100 Mb/s, aucune réponse. «Les gouvernements ont [ensuite] commencé à sortir des programmes pour donner accès aux écoles, mais l’école ne rencontrait pas les critères, même au fédéral, parce que la compagnie Bell disait qu’il donnait un accès de 5 Mb/s par résidence. Ce qu’ils ne réalisaient pas, c’est que oui, on avait cet accès-là, mais ils n’étaient pas capables de combler toutes les demandes.»

Finalement, ils ont trouvé une entreprise prête à les aider, Northern Rural Net, avec un accès sans fil et du financement auprès du Programme d’amélioration de la bande passante du gouvernement de l’Ontario. «Avec des partenariats, des discussions avec [le député de Nickel Belt] Marc Serré, qui nous a aidés, la compagnie est venue à bout de faire des achats d’infrastructures d’autres compagnies dans la région de Verner», raconte M. Gagné.

La nouvelle antenne juste à côté de l’École élémentaire Christ-Roi.

Ainsi, la nouvelle antenne de l’école est branchée à une tour relais à flanc de colline quelques centaines de mètres plus loin et cette deuxième antenne communique avec les installations de Verner, à 20 kilomètres de là, qui elles sont branchées sur un réseau haute vitesse. Ça se compare donc davantage à une connexion WiFi de forte puissance, et non pas une connexion par ondes cellulaires.

1 Mb/s par élève

La norme de connexion pour suivre des cours en ligne est 1 Mb/s par élèves et membre du personnel dans l’école. Avec 65 élèves plus le personnel, la norme est maintenant atteinte à Christ-Roi. Si le gouvernement garde le cap dans son intention d’imposer un cours en ligne par année à tous les élèves, cette connexion deviendra essentielle.

Partage à venir

Un des arguments qui a aidé à convaincre Northern Rural Net d’investir, c’est la perspective d’éventuellement partager la connexion avec résidents. Desservir seulement l’école ne leur permettrait pas de récupérer leur investissement.

«Le gouvernement a toujours demandé, si ce sont des régions rurales, que la région puisse en bénéficier aussi», explique Daniel Gagné.

Le directeur informatique du CSCFN, Daniel Gagné

La bibliothèque municipale, située dans l’école, sera branchée en deuxième, donnant accès à internet haute vitesse au public. 

«Quand je leur ai dit qu’il y avait la possibilité de brancher de 50 à 80 maisons, ils se sont dit que ça valait la peine. Même juste avec 50 % de ça», ils auront la chance de faire leur frais. «La compagnie est en pourparlers, et ça d’l’air que ça s’en vient l’été prochain», dévoile M. Gagné.

Les nouvelles installations sont en fait assez puissantes pour accommoder toutes les résidences de la communauté et le conseil scolaire est très ouvert à la possibilité de partager le signal, pourvu que le service à l’école ne soit pas affecté.