Des formations en informatique pour les ainés

Éric Boutilier
Éric Boutilier
Le Voyageur

Le Centre de santé Univi a lancé un nouveau programme pour aider les ainés à obtenir de nouvelles connaissances dans le domaine de la technologie. Des cours portant sur la sécurité en ligne et sur l’utilisation de plateformes populaires seront offerts gratuitement aux résidents de 55 ans et plus de la région de Sudbury-Est.

Les organisateurs vont travailler de près avec l’organisme Alpha en Partage de St-Charles afin de fournir aux personnes intéressées des compétences de base. Au besoin, les participants pourront emprunter des tablettes du Centre Univi et se brancher à internet pour prendre part aux ateliers sans nécessairement avoir besoin d’un abonnement à internet.

Les dirigeants visent surtout à améliorer la participation sociale et l’inclusion des ainés en milieu rural tout en facilitant l’accès à un ordinateur portable.

«On réalise que beaucoup de gens ne connaissent pas les programmes et ne sont pas confortables de naviguer des programmes comme Zoom ou Facebook», fait remarquer l’agente en santé communautaire du Centre Univi, Joanne Violette.

«On a été approuvé pour une demande de fonds pour 25 000 $ [du programme fédéral Nouveaux Horizons]. Avec ces fonds, nous allons pouvoir prêter des tablettes avec l’internet aux gens qui veulent se brancher puis participer à des programmes — dont le programme d’exercices SMART que les gens peuvent faire avec Zoom à partir de la maison.»

Le Centre Univi mène également un court sondage pour se renseigner sur les besoins et les intérêts des résidents de Killarney, Markstay-Warren, Rivière des Français et St-Charles en matière de programmes.

«C’est de vraiment voir qu’est-ce que les gens recherchent et de la façon qu’on peut mieux les aider. La plupart de nos participants sont des gens qui sont à la retraite. On réalise toutefois qu’il y en a des gens qui participent qui travaillent encore. Alors on veut savoir à quel temps de la journée ils seraient prêts à embarquer avec nous», explique Mme Violette.