La minière Alamos Gold a construit des dortoirs à Dubreuilville l’an dernier pour ses travailleurs.
La minière Alamos Gold a construit des dortoirs à Dubreuilville l’an dernier pour ses travailleurs.

Répondre aux besoins de logement, une région à la fois

Éric Boutilier
Éric Boutilier
Le Voyageur
Partager les ressources pour être plus efficace

Dubreuilville souhaite travailler avec ses voisins dans le but de combler le manque de logements dans la région de l’est du lac Supérieur. La communauté espère collaborer avec les élus de Chapleau, Hornepayne, Manitouwadge, Wawa et White River pour trouver des solutions durables qui vont répondre aux besoins en habitation.

Dubreuilville, comme plusieurs collectivités nord-ontariennes, a un taux d’inoccupation aux alentours de 1 %. Cette pénurie de logement est un véritable obstacle pour les employeurs à la recherche d’une main-d’œuvre qualifiée et pour les familles qui veulent s’installer dans le canton.

L’initiative du groupe des maires de la région de l’est du lac Supérieur pourrait entre autres aider à économiser pour la construction de nouvelles maisons dans chacune des six communautés.

«Nos dirigeants ont consciemment décidé qu’il vaut mieux travailler ensemble plutôt que de faire compétition l’une contre l’autre», explique l’agente de développement économique de Dubreuilville, Melanie Pilon.

«Le principe est assez simple pour les communautés qui décident de participer. Un promoteur peut réaliser des économies d’échelle en augmentant sa production, ce qui aide à diminuer le prix par unité. Au lieu de réaliser plusieurs projets uniques, le promoteur pourrait bâtir 75 maisons dans la région à moindre cout.»

Les représentants de chaque municipalité devront signaler aux dirigeants de Dubreuilville leurs intentions de participer ou non au projet d’ici le 25 novembre. Entre temps, un plan sera développé pour déterminer les besoins particuliers de logements.