Les métiers de l’avenir sont-ils en environnement?

Éric Boutilier
Éric Boutilier
Le Voyageur
La Société Économique de l’Ontario (SÉO) veut encourager les francophones et les personnes bilingues à la recherche d’un emploi en Ontario à considérer le secteur environnemental. La firme ÉCO Canada estime que 173 000 emplois seront disponibles dans ce domaine au cours des prochaines années.

La SÉO a présenté une séance informative sur les perspectives de carrières dans le secteur environnemental. Le réseau provincial économique francophone et bilingue a fait appel à des experts d’ÉCO Canada — une ressource en ligne dans le milieu des emplois, de la certification et de la formation en environnement — afin de dresser un portrait de l’industrie et des métiers qui sont ou seront en demande.

«La province de l’Ontario devrait connaitre le plus grand nombre d’ouvertures d’emplois dans le domaine de l’environnement d’ici à 2025, soit 65 900, ce qui représente 24 % des niveaux d’emploi de 2020. La main-d’œuvre environnementale de l’Ontario comprend 281 900 travailleurs en 2021 et devrait passer à 314 900 d’ici 2030», explique une une des participantes au nom d'ÉCO Canada.

«Il est évident que le secteur minier est fortement représenté dans le Nord de l’Ontario et que leur engagement envers la revitalisation des sites est une obligation. Par conséquent, le secteur minier peut être un secteur d’embauche des postes en environnement. Le secteur minier est un exemple de secteur qui travaille auprès des ressources naturelles de notre région», précise la conseillère en employabilité et entrepreneuriat, Stéphanie Cotnoir.

Tout près de la moitié de la main-d’œuvre environnementale travaille dans les services professionnels, scientifiques et techniques, dans la fabrication, les soins de santé et l’assistance sociale. 

Les principales professions environnementales sont surtout des analystes et des consultants en systèmes d’information, les agents administratifs, les ingénieurs civils, les professionnels de la publicité, du markéting et des relations publiques et les directeurs de la construction.