L’édifice de l’ancien Grocery King trouve preneurs

«Je veux refaire mon petit village. Je l’aime!» — François Gauthier

Le 1er avril, la Fondation communautaire du Témiskaming, le Club Lions d’Earlton et le Club de l’âge d’or d’Earlton sont devenus propriétaires de l’édifice de l’épicerie Grocery King, fermée depuis 2 ans. Un membre du Club Lions et promoteur principal du projet, François Gauthier, compte en faire une salle pour les besoins de la communauté.

«Un jour, en me rendant à Timmins avec mon épouse, l’idée d’acheter l’épicerie m’a frappé en plein front», raconte François Gauthier. C’est qu’il cherchait à doter Earlton d’une salle pour les besoins du Club Lions, qu’il serait possible de louer pour des réunions ou tout autre évènement. Mais la difficulté de faire des levées de fonds et diverses hésitations avaient eu raison de ce rêve.

L’autre solution explorée avait été l’agrandissement du local du Club de l’âge d’or, mais l’édifice était vieillissant et demandait trop d’entretien.

«L’édifice de l’épicerie est idéal! C’est une bonne bâtisse, située au cœur du village. Il y a beaucoup de place, puis le terrain est grand», ajoute M. Gauthier. Il en a parlé à son club, à la Fondation et au Club de l’âge d’or : tous étaient d’accord. «On a fait une offre et elle a été acceptée. C’était au-delà de mes espérances!»

Salle de réunion, espaces de bureau et coopérative d’artisanat

«On aurait aimé ouvrir au début 2021, mais avec le coronavirus, rien ne va avancer pour le moment», regrette l’initiateur du projet. L’équipement à l’intérieur de l’épicerie est encore en place. Les tablettes, congélateurs, réfrigérateurs, le four à pain et les scies de la boucherie seront mis en vente, mais dans le climat actuel, ce n’est pas le moment.

Les nouveaux propriétaires embaucheront un architecte pour le design intérieur. En plus d’une salle de réunion disponible aux groupes, il y aura des espaces de bureau et de rencontres à louer pour un jour ou plus. Ces espaces seront dotés d’Internet, de WiFi et d’écrans pour les projections.

Une section de l’édifice sera organisée en coopérative d’artisanat, prévoit François Gauthier. Il y aura un atelier de bricolage : une de ses passions. Les membres de la communauté pourront également y faire du tissage, de la courtepointe et tous les autres travaux d’aiguille.

L'intérieur de l'épicerie Grocery King alors qu'elle était toujours ouverte en 2017.

Les promesses de don seront-elles tenues?

Il y a quelques années, quand il avait été question de construire un édifice neuf, le Club Lions avait eu plusieurs promesses de don en biens et en argent. M. Gauthier s’en réjouit et espère maintenant que les donateurs accepteront de maintenir leur promesse pour l’aménagement intérieur de l’ancienne épicerie.

«J’en avais incroyablement [des promesses] et, maintenant, il s’agit de tout mettre en place pour arriver à ce qu’on veut», affirme-t-il avec optimisme.

Et l’enthousiasme de François ne se limite pas au projet de transformation de l’ancienne épicerie en centre communautaire. Il voit grand : «Je veux refaire mon petit village. Je l’aime!»

Situé dans la municipalité du canton d’Armstrong, Earlton comptait quelque 1166 habitants au recensement de 2016. Plus de la moitié d’entre eux, 58 %, ont le français comme langue maternelle.

François Gauthier aspire à faire revivre la rue principale d’Earlton avec des entreprises «où on trouvera des affaires différentes». Le cachet serait que tout se ferait à l’ancienne, afin que les visiteurs sachent que ce qu’ils achètent à Earlton ne se trouve nulle part ailleurs.