L’usine d’Eacom à Nairn Centre
L’usine d’Eacom à Nairn Centre

Industrie forestière : Essentielle et en manque de main-d’œuvre

Les coproduits servent à la production de plusieurs produits essentiels.

Les entreprises liées à l’industrie forestière ne sont pas toutes affectées de la même façon par la crise provoquée par la COVID-19. Pendant que quelques-unes doivent ralentir ou cesser leurs activités, d’autres manques d’employés.

C’est le cas des centres de production d’Eacom dans le Nord de l’Ontario, qui font face à une pénurie de main-d’œuvre pendant la pandémie. La plupart des entreprises de l’industrie forestière fait partie de la liste des entreprises de fabrication essentielles. Cependant, ce ne sont pas tous les employés qui ont pu rester en poste.

«On a des gens qui demeurent à la maison pour différentes raisons», explique le vice-président aux ressources humaines d’Eacom, Éric Larouche. «Que ce soit parce qu’ils sont devenus des aidants naturels, parce que leur conjoint ou conjointe travaille dans le système de la santé et que ça prend quelqu’un à la maison.»

L’entreprise à donc temporairement besoin d’employés qui ont des connaissances en entretien d’équipement, en instrumentation, en contrôle de procédés ou en opération d’usine.

Sans vouloir voler des employés à ses concurrents de façon permanente, M. Larouche invite tout de même ceux qui ont été mis à pied temporairement dans d’autres usines du Nord à regarder s’ils peuvent aider la production chez Eacom. «C’est valorisant de pouvoir aider et de participer à cette chaine», avance M. Larouche.

Produits essentiels

La production de bois d’œuvre, chez Eacom et ailleurs, génère des coproduits — sciure, copeaux et autres — qui peuvent être envoyés dans des usines pour la production de pâte Kraft blanchie qui est utilisée dans la production de divers produits sanitaires, entre autres.

M. Larouche énumère quelques-unes des items dans lesquels leurs coproduits servent d’ingrédients de bases : «il y a le carton plat couché qui va dans les boites alimentaires et de contenant pharmaceutique […] le papier de toilette», entre autres. Il y a également la pâte de cellulose de spécialité qui sert dans la production de filtres divers ou comme agent liant dans la crème glacée, le vin, les pilules et la peinture.

Pour le moment, la fermeture des quincailleries et des chantiers de construction non essentiels n’affecte pas négativement Eacom. Selon le directeur des communications de l’entreprise, Jean Brodeur, les chantiers à terminer dans la province et la vente de bois sur les marchés américains seront suffisants pour justifier la poursuite de la production de bois d’œuvre et des coproduits.

Dans le Nord de l’Ontario, Eacom a des usines à Nairn Centre, Elk Lake, Gogama, Timmins, Sault-Ste-Marie et Ear Falls.

Éric Larouche, vice-président aux ressources humaines chez Eacom

Réactions variables

Eacom n’est pas la seule dans cette situation. Par exemple, Eacom expédie une partie de ses coproduits à l’usine de Domtar à Espanola, qui produit justement de la pâte Kraft blanchie.

Par contre, d’autres joueurs ont réduit leurs activités. C’est le cas de Rayonier Advanced Materials, qui a réduit ses activités dans plusieurs de ses usines canadiennes, entre autres pour respecter les règles de distanciation. La compagnie a également fermé son usine de production de papier journal de Kapuskasing en raison de la faible demande pour ce produit en ce moment. En effet, la COVID-19 a forcé plusieurs journaux à réduire ou cesser la production de leur édition papier.

Produits forestiers Résolu, qui opère des usines dans le Nord-Ouest de l’Ontario, poursuit pour l’instant ses activités, mais entend réévaluer ses activités en fonction des besoins du marché.