Ryan Alexander à la caisse de Grocer 4 Good
Ryan Alexander à la caisse de Grocer 4 Good

Grocer 4 Good, l’épicerie qui donne une chance à tous

Isabelle Michaud
Isabelle Michaud
Initiative de journalisme local - APF
Une belle initiative ralentie par la COVID-19.

Fondée par la conseillère municipale Lisa Vézeau-Allen en 2019, l’épicerie Grocer 4 Good répond aux besoins d’une main-d’œuvre souvent oubliée : les personnes qui souffrent de troubles du spectre autistique, d’autres handicaps intellectuels ou qui ont été chroniquement sous-employées en raison d’obstacles. Rencontre avec Ryan Alexander, gérant et coordinateur de programme de l’épicerie Grocer 4 Good de Sault-Ste-Marie.

IM : Ryan Alexander, depuis quand est-ce que l’épicerie Grocer 4 Good est ouverte?

RA : On a ouvert les portes de manière officieuse le 8 février puis nous avons eu notre grande ouverture le 6 mars 2020. Nous avons fait la coupure du ruban et nous avons reçu un don de 2500 $ de la compagnie locale PUC Services Inc. le même jour, ce qui a ajouté à la fête que nous avons eue ici. C’était vraiment fantastique, beaucoup de gens sont enthousiasmés par l’idée derrière Grocer 4 Good. On a reçu beaucoup de gens ici pour notre petit local.

On avait du monde tout autour des étagères, autour du comptoir, et à l’extérieur dans la rue. Partout où il y avait de la place pour marcher, il y avait du monde. C’était tellement difficile de marcher autour. J’ai essayé de remercier tout le monde et de m’assurer d’accueillir tout le monde. On a eu beaucoup de soutien, c’était vraiment fantastique.

IM : Est-ce que Harvest Algoma vous approvisionne toujours durant cette période de pandémie pour vos étagères à la section «payez ce que vous pouvez»?

RA : Heureusement, j’avais entreposé beaucoup de produits essentiels comme des couches, de la nourriture pour bébé et des produits hygiéniques avant le début de la pandémie. Je pense que le centre Harvest Algoma est encore ouvert sur rendez-vous seulement. Je suppose que je pourrai y aller dans quelques jours. On est bien approvisionnés, mais, honnêtement, cette section de «payez ce que vous pouvez» ne se vend pas vraiment. Les gens viennent et achètent ce qui est sur nos étagères au prix bon marché.

IM : Combien de jeunes bénévoles travaillent à Grocer 4 Good?

RA : En fait, tous nos 10 préposés sont rémunérés, ils ne sont pas bénévoles. On accueille les employés qui ont des barrières à l’emploi, que ce soit dû à l’autisme, à toute autre barrière de mobilité ou à l’anxiété. Beaucoup de gens qui vivent avec ces conditions n’ont pas accès à un emploi rémunéré. Une grande partie de ce que nous voulons faire est de leur fournir cette opportunité. Ils peuvent alors ajouter cette expérience concrète d’emploi à leur CV pour montrer que «oui, j’ai travaillé à cet endroit et j’ai été formé pour faire telle ou telle tâche.»

IM : Quelle est votre philosophie d’embauche?

RA : Nous croyons qu’avec juste un peu de soutien et en leur donnant une petite chance, cette main d’œuvre pourra contribuer grandement au marché du travail. Tous nos participants sont plus que capables de faire toutes les tâches ici. Il y en a quelques-uns ici qui ont dépassé les attentes. Un de nos employés, qui a une famille, je lui fais entièrement confiance pour gérer toutes les tâches nécessaires au bon fonctionnement de l’épicerie.

IM : Comment est-ce que la COVID-19 vous a affectés?

RA : Pour cette semaine et la semaine prochaine, du 16 au 30 mars, on a diminué nos heures et tous les employés restent à la maison. Il ne reste que moi, le gérant. Je viens tous les jours et j’ouvre les portes de midi à 16 h pour que les gens du centre-ville puissent encore venir s’approvisionner s’ils ont besoin de quelque chose. On se considère comme un service essentiel pour faire son marché puisqu’on est une des seules places où on peut encore trouver des provisions qui ne soient pas transformées ou chères. Je voulais encore rester ouvert et je ne voulais pas mettre nos participants en danger. Alors nous voilà au jour trois et c’est très ennuyant! Il n’y a pas beaucoup de clients en ce moment.

L’entreprise PUC Services inc. a remis un don de 2500$ à Grocer 4 Good lors de l’évènement d’ouverture officielle. (Crédit : Facebook Grocer 4 Good)

IM : Quelle expérience avez-vous dans ce domaine? Avez-vous fait des études en travail social ou autre?

RA : Honnêtement, non. Je suis allé au collège en affaires. J’adore les gens et leur parler. J’ai toujours été quelqu’un qui parle beaucoup, je suis très bavard, c’est ce que je suis.

J’aime ma famille, je suis natif d’ici. Je pense que ce qui a plu au comité de sélection, c’est justement ma capacité de communiquer et d’être à l’écoute des besoins. (N.D.L.R. : Le conseil d’administration des services sociaux du district de Sault-Ste-Marie a versé 20 000 $ pour aider à lancer Grocer 4 Good.) Une fois qu’ils m’ont entendu leur parler du fait que je croyais très fort en ce qu’ils faisaient, qu’ils ont entendu la passion que j’avais pour leur projet, cela les a décidés. Ça m’émeut beaucoup quand je parle de ce qu’on fait ici.

Où trouver Grocer 4 Good?

Grocer 4 Good, Ability Development Program

133, rue Gore, Sault Ste. Marie