Ébauche de plan de transport du Nord de l’Ontario

Julien Cayouette
Julien Cayouette
Le Voyageur
Relier le Nord à pas de tortue

L’ébauche de plan de transport pour le Nord de l’Ontario : Relier le Nord contient 67 actions pour améliorer les déplacements dans le Nord. L’opposition officielle n’est pas impressionnée par le manque d’échéanciers ou de promesses d’investissements précis contenu dans le plan présenté par le gouvernement de l’Ontario le 12 décembre.

L’une des plus vieilles demandes des résidents du Nord-Est est le retour d’un train de passagers entre Toronto et Cochrane. Le plan ne promet pas de le rétablir, seulement de «continuer de faire avancer le projet».

«Nous travaillons avec la CTON pour accélérer les travaux de vérification de la voie sur une section du corridor de North Bay», a précisé par courriel l’attaché de presse de la ministre des Transports, Caroline Mulroney. Deux autres étapes ont déjà été franchies : le sondage auprès du public et l’analyse de la rentabilisation initiale.

Notre deuxième question, à savoir si des fonds récurrents étaient prévus pour la mise en œuvre du plan, est restée sans réponse. Le seul chiffre mentionné dans la conférence de presse était les 625 millions $ investis en 2020 pour la réfection et la construction de routes dans le Nord.

En conférence de presse, la ministre Mulroney a reconnu que les besoins du Nord sont différents de ceux du Sud de la province pour justifier la nécessité du plan. Le plan vise principalement à appuyer la reprise économique après la COVID-19, le transport des matières premières — le Cercle de feu est mentionné — et les Premières Nations. 

Quelques nids de poules

La ministre Caroline Mulroney dit que le plan a été fait en consultation avec des entreprises du Nord, entre autres des camionneurs. Elle a mentionné à deux reprises que c’était «un document vivant», appelé à changer avec les commentaires et études reçus.

Le député néodémocrate de Mushkegowuk-Baie James, Guy Bourgouin, trouve que l’ébauche de plan n’offre aucune garantie de progrès, puisqu’il offre peu d’annonces concrètes et «aucune façon de mesurer l’évolution du projet».

Les dernières fois où M. Bourgouin a demandé au ministère des Transports s’il y avait de l’argent de prévu pour le retour du train vers Cochrane, on lui a dit non, révèle-t-il. «Mais ils font une annonce que le train revient.»

Il rappelle aussi que le gouvernement conservateur a coupé leurs investissements pour le Polar Bear Express l’an dernier et que l’aéroport de Mosonnee ne reçoit aucun fonds de la province. L’amélioration des aires de repos est une annonce qui date d’octobre «et en passant, pour la région de Cochrane c’est en 2025 que ça va être fait», souligne le député de l’opposition.

Il regrette que le plan ne fasse aucune mention des tarifs d’assurance trop élevés pour les entreprises de transport et qui forcent la diminution des flottes.

Guy Bourgouin avait déposé un projet de loi pour améliorer le déneigement des routes du Nord l’an dernier. Encore une fois, il est déçu qu’il n’y ait pas d’annonce claire sur le sujet.

6 objectifs, 67 idées

Sans énumérer toutes les actions décrites dans l’ébauche de plan, voici quelques faits saillants.

Améliorer le réseau routier entre autres en terminant l’élargissement à quatre voies de la route 69, de la route 17 autour de Thunder Bay et près de la frontière avec le Manitoba. La route 17 entre Sudbury et North Bay est aussi considérée pour un élargissement futur. Rénover les aires de repos et la création de neuf nouvelles aires. Examiner les besoins pour les voies de dépassement, surtout dans le Nord-Est.

Terminer la conception et l’évaluation environnementale du pont tournant de Little Current à l’automne 2021.

Quatre points concernent les conditions routières en hiver, avec l’installation de nouvelles stations météorologiques, l’augmentation de l’utilisation de liquides antigivrants et un projet pilote pour trouver des améliorations pour l’entretien des routes.

Créer un comité régional pour l’amélioration du transport en commun intercommunautaire. Créer plus d’options et des systèmes interconnectés pour les horaires et le paiement des voyages en trains et en autobus.

Explorer la livraison de marchandises par drones et dirigeables dans les communautés éloignées.

Mention de l’exploration de solutions pour soutenir les aéroports municipaux, le développement des véhicules automatisés, de stations-services pour les véhicules électriques et à hydrogène et diminuer l’utilisation du diésel par les Premières Nations pour la production d’électricité.

Offrir les services gouvernementaux par internet pour les entreprises pour remplacer les télécopies et le courrier.

Intégrer davantage les Premières Nations au développement du réseau, à l’accès au permis de conduire et à la recherche de solutions pour contrer la traitre des personnes.

Financer l’amélioration de la couverture cellulaire.