Malgré la hausse des prix, effectuer certaines rénovations domiciliaires pourraient devenir avantageux car le gouvernement fédéral a récemment annoncé jusqu'à 2,6 milliards de subventions pouvant atteindre 5 000 $ chacune pour les propriétaires occupants.
Malgré la hausse des prix, effectuer certaines rénovations domiciliaires pourraient devenir avantageux car le gouvernement fédéral a récemment annoncé jusqu'à 2,6 milliards de subventions pouvant atteindre 5 000 $ chacune pour les propriétaires occupants.

De l’Accord de Paris jusqu’à votre maison

Isabelle Lefebvre
Isabelle Lefebvre
Le Reflet

En ces temps de pandémie, les rénovations sont plus populaires que jamais.  Malgré la hausse des prix, effectuer certaines rénovations domiciliaires pourrait devenir avantageux, car le gouvernement fédéral a récemment annoncé un octroi de 2,6 milliards $ afin d’aider plus 700 000 propriétaires-occupants en leur fournissant des subventions pouvant atteindre 5 000 $ chacune.  

Les projets admissibles sont variés et incluent entre autres l’isolation (jusqu’à 5000 $), l’étanchéité à l’air (jusqu’à 1000 $), le remplacement des fenêtres et des portes (jusqu’à 5000 $), l’installation des pompes à chaleur et d’équipement d’eau chaude (jusqu’à 5000 $), l’achat de thermostats intelligents (50 $), l'installation de panneaux solaires (jusqu’à 5000 $) ainsi que les mesures de résilience comme les batteries, l’imperméabilisation des fondations et les membranes de toiture (jusqu’à 2625 $).  

«On est heureux de voir que le gouvernement va de l’avant avec cette subvention et on veut travailler en partenariat avec lui afin de s’assurer que tout se déroule sans problème. Nous, ce que l’on veut, c’est aider les gens et prendre soin de nos clients», affirme le directeur des affaires corporatives et des ressources humaines chez les fenêtres Verdun de Vars, Thomas Noël.  

Effectivement, qu'on le veuille ou non, les changements climatiques sont bel et bien présents et la subvention fédérale pour des maisons plus vertes est une illustration concrète des engagements pris par le Canada dans le cadre de l’Accord de Paris. 

Ainsi, le 23 avril, le Canada, qui est le 4e producteur de pétrole au monde, s’est doté d'un plan visant à réduire sa production de gaz à effet de serre (GES) de 40 % à 45 % (d’ici 2030 tout en gardant le cap sur la carboneutralité d’ici 2050). Alors que le 25 mars, la Cour Suprême du Canada a confirmé la constitutionnalité de la loi sur la tarification du carbone, le Canada poursuit sa lutte aux GES en s’attaquant aux bâtiments. Nos maisons en font partie et sont responsables de 18 % des émissions de GES du Canada.  

Pour les propriétaires de maison, une des façons de contribuer à l’atteinte de cet objectif ambitieux passe par la rénovation écoénergétique, par exemple avec des changements de fenêtres. 

«Nos fenêtres RevoCell homologuées ENERGY STAR 2021 (les plus écoénergétiques) sont admissibles au montant maximal remboursable dans le cadre du programme. Elles vous permettent également d'économiser davantage sur vos factures d’énergie et vous fournissent plus de confort dans votre foyer. Mais il faut savoir que le maximum admissible est de 250 $ par ouverture, peu importe sa grandeur», de rajouter M. Noël. 

Les produits doivent avoir été fabriqués au Canada pour être admissibles. De plus, il faut garder à l’esprit qu’un audit énergétique préalablement réalisé par des conseillers du programme aux frais du propriétaire est requis.  

Les 2000 futurs conseillers et conseillères formés au cout de 10 millions $ sur 5 ans auront comme mission non seulement de fournir des conseils concernant la réduction de l’énergie, mais aussi, de trouver des solutions qui couteront moins cher à long terme pour les propriétaires. Pour le recrutement de ces derniers, le gouvernement fédéral désire mettre l’accent sur les groupes de travailleurs sous-représentés comme les femmes, les autochtones, les personnes racisées, les personnes issues de la communauté LGBT+, etc.  De plus, il semble qu’il y ait particulièrement une véritable pénurie de travailleurs et de travailleuses francophones dans ce secteur de l’économie. 

Finalement, on doit s’assurer d’obtenir le financement nécessaire pour les travaux, car le gouvernement ne versera la somme qu’une fois ces derniers terminés et assortis d’un audit énergétique de suivi final. Toutefois, des détails sont attendus sous peu relativement à des prêts sans intérêt consentis pour des rénovations écoénergétiques profondes, pouvant atteindre jusqu’à 40 000 $ afin de financer ce genre de travaux. C’est donc une histoire à suivre.