Une tentative mal exécutée et en manque d’originalité

Philippe Mathieu
Philippe Mathieu
Le Voyageur
LGS par LGS

Le Groupe Swing (LGS) a lancé son sixième album, LGS, le 6 aout sur les plateformes numériques. L’album éponyme de 15 titres est plus ou moins une compilation de plusieurs chansons lancées depuis 2017, plus trois nouvelles chansons : Tom Hardy, Funky Flow et Pyromane. Cet album risque d’être assez controversé auprès des fans de longue date de Swing.  

LGS a toujours été connu pour sa musique pop-trad dansante. Ils sacrifient ce style pour un contenu contant plus de paroles puissantes et émotives. Ils poussent un peu trop loin, offrant une musique qui semble exclusivement composée pour les fêtes, les clubs et la radio.

On dirait qu’ils se sont un peu vendus, abandonnant l’humeur à faire la fête qui les a rendus célèbres et essayant plutôt d’imiter ce qui est populaire en ce moment. On entend des techniques de base utilisées par les producteurs de hip-hop et de musique électronique; fini le son folklorique du violon et la sensation rock-pop.

De nombreux groupes ont tendance à modifier leur style pour «rester dans l’air du temps», comme Maroon 5 qui a toujours été incroyablement pertinent depuis 2002 (Songs About Jane), ils ont donné du bon matériel tout en incorporant des éléments de musique moderne. Au moins, ils sonnaient toujours comme Maroon 5. En comparaison, ce nouveau groupe, LGS, on ne le reconnait pas. Il me semble que la tentative de LGS ait été mal exécutée. La seule question est de découvrir si leurs fans vont l’aimer ou non.

L’album présente beaucoup d’éléments modernes à répétition. Le meilleur élément est le jeu de la guitare basse — il est très répandu dans chaque enregistrement —, faisant avancer les chansons. Sinon, la plupart des chansons sont construites comme des chansons électroniques sans contenu personnel, créant la dynamique pour un gros saut dans le refrain, comme dans Toutes Sexy, Je suis in love et La neige est fondue – Remix 2018. En passant, cette dernière est la piste la plus décevante. 

Cependant, il y a de bonnes nouvelles pour le groupe. Il semble que la plupart de leurs fans apprécient la nouvelle musique. Leur chanson la plus écoutée sur Spotify, avec près de 900 000 diffusions, est la première chanson sur LGS : On perd la tête. Une chanson qui sonne comme si elle avait été écrite exclusivement pour être jouée dans un club montréalais où les hautparleurs hurlent dans nos oreilles. On perd la tête est bien produite et construit bien le rythme pour le gros saut du refrain; juste une chanson électronique ordinaire probablement populaire à la radio. 

J’avoue qu’il y a une chanson sur cet album qui redonne confiance au groupe et son leadeur, Michel Benac : Pyromane. La chanson rappelle beaucoup le style du producteur et DJ populaire, Calvin Harris. Elle est très musicale et bien mise ensemble. C’est sans aucun doute la meilleure chanson de l’album. 

Pour être clair, je ne déteste pas la musique électronique. C’est juste décevant de voir un groupe qui est arrivé si loin à cause d’un son unique tout à coup tout abandonner pour sonner comme les autres, faisant preuve d’un manque d’originalité.

Dans l’ensemble, LGS est décevant. On aurait pu espérer entendre de la meilleure musique après l’annonce de leur tournée d’adieu en 2018.