Une passion pour l’art, pour la poésie, pour la vie  

Mordre jusqu’au sang dans le rouge à lèvres

osé Claer a publié en 2019 un recueil de poésie réclamant ouvertement son identité trans pour la première fois. Il s’agit de Mordre jusqu’au sang dans le rouge à lèvres (Éditions L’interligne). 

Ça en est même le sujet principal du recueil. En effet, à plusieurs reprises il parle de sa réalité d’homme trans par l’idée qu’il «[ait] perdu [son] “e” muet au jeu du changement de genre» (p. 42). Ou encore «s’imbriquent, se frottent ma mémoire de femme/et mon imaginaire d’homme» (p. 17). C’est grâce au thème du corps qu’il est possible à l’auteur de parler de son identité de genre.

Ce recueil de poésie délaisse la rime pour plutôt se diriger vers les jeux de mots. Par exemple : 

Parlez-moi du bout des lèvres
De ce mot que vous avez sur le bout de la langue
Comme si vous veniez de lécher le sexe de la reine
Timbre de Postes Canada à un cent
Les bras au cou d’un poulpe
La bouche en cul de poule
Pour gober son œuf en premier (p. 27)

Bien que le lyrisme soit présent, on remarque une plus grande prévalence de jeu de mots, ce qui rend la lecture de Mordre jusqu’au sang dans le rouge à lèvres un recueil plaisant à lire.

Le poète aime également faire référence à de nombreux artistes, comme Salvador Dali, Joan Miro, Pink Floyd, ou encore Aimé Césaire, Senghor et même Proust. Certaines sont plus facilement identifiables, alors que d’autres sont un véritable plaisir à dénicher.

José Claer a écrit ses émotions avec une passion qu’il a su partager aisément, semble-t-il, dans son recueil de poésie. Une passion pour l’art, pour la poésie, pour la vie, mais également pour la redéfinition des genres.