La couverture de l'album <em>Le ruban de la cassette</em>.
La couverture de l'album <em>Le ruban de la cassette</em>.

Une conceptualisation fascinante qui mérite ses nominations

Philippe Mathieu
Philippe Mathieu
Le Voyageur
Le ruban de la cassette

Anique Granger a été nommée huit fois au Gala Trille Or 2021 pour son album Le ruban de la cassette. Lancé le 25 octobre 2019 sur les plateformes numériques, l’album est basé sur des histoires de gens qu’elle a rencontrés pour écrire des chansons vraies, intimes et authentiques. Après avoir écouté l’album pour la première fois, j’ai été surpris par l’honnêteté des paroles et par sa musicalité folklorique et douce. J’ai pris connaissance du concept de l’album seulement après ma cinquième écoute, ce qui m’a amené à l’apprécier encore plus. 

J’ai rencontré la musicienne fransaskoise dans un atelier des Jeux franco-ontariens de la FESFO il y a quelques années. Peu après, je me suis lancé dans l’écoute de sa musique, en commençant avec Pépins (2008), Les outils qu’on a (2011) et ensuite Aimer comme une émeute (2015). Son style incontestablement canadien-français avec des allusions au folklore, Anique Granger a toujours produit de la musique honnête et vraiment formidable. 

Son style minimaliste, avec sa guitare acoustique et peu d’autres instruments, me rappelle souvent l’auteur-compositeur-interprète canadien Neil Young. Ces deux artistes nous rappellent qu’une «bonne» chanson ne nécessite pas nécessairement plusieurs instruments. Quelquefois, tout ce qu’il faut est sa guitare, sa voix et ses paroles. 

Le ruban de la cassette est un album qui est grandement célébré par le Gala Trille Or 2021. En fait, seulement Ponteix (Mario Lepage) et Damien Robitaille ont plus de nominations. Anique Granger est nommée dans les catégories artiste solo, auteur.e et/ou compositeur.trice, album, spectacle, artiste solo ou groupe – Folk/ Roots /Alternatif, initiative artistique, coup de cœur des médias et émission musicale télé, radio ou web. 

Histoires de rencontres

L’album est basé sur neuf récits partagés par des gens d’âges et de milieux variés, enregistrés sous forme de balados qui portent le même titre. Chaque épisode a été publié sur les plateformes numériques. 

Les balados sont l’inspiration pour les chansons écrites par Anique Granger, qui invite l’auditeur à connaitre le processus créatif. Il s’agit d’un concept original qui crée une expérience de reconnaissance humaine ainsi qu’artistique. Anique Granger a bien travaillé pour créer un ouvrage unique qui mérite ces honneurs. 

Le nouveau concept de Mme Granger invite l’auditeur à s’assoir et à écouter les épisodes du balado, qui sont des conversations entre l’artiste et le raconteur. Dans plusieurs cas, ils ne se sont jamais rencontrés avant l’enregistrement. Ensuite, l’artiste invite l’auditeur à écouter la chanson que la rencontre lui a inspirée. Elle présente donc son interprétation de la personne, de son histoire, des émotions qu’elle a ressenties et de son expérience en tant qu’auditrice elle-même. 

Bien que l’écoute des balados n’est pas nécessaire pour apprécier l’album, ce concept impressionnant offre une option qui permet de vivre la richesse de l’arrière-plan de la production. 

Les récits présentent tragédie, anxiété, regrets, souvenirs, accomplissements, avoir des enfants, l’amour, les voyages et d’autres sujets qui pourraient surement inspirer un artiste. 

L’album bilingue commence avec Invisibles tremblements de terre, une chanson qui est une bonne introduction à l’album. Un texte mélodiquement riche avec beaucoup d’espace rythmique qui me fait penser au concept sonore de Kacey Musgraves dans son album Golden Hour. Cette chanson invite l’auditeur à se faire un café, à s’assoir et à écouter le reste de l’album. 

Une chanson qui se démarque est My name is Brian Wilson. «Dans une vie à trois accords, j’en voulais plus encore. Les temps sont durs comme l’asphalte, les jours sont longs chemins de fer, tu m’as vu pleuvoir sur le trottoir, tu m’as vu mordre la poussière. I know perfectly well I’m not where I should be et je tombe comme une larme dans ton whiskey». Une chanson honnête et émotionnelle qui nous raconte les ténèbres humaines. 

Une autre chanson qui se démarque est Le choc de l’amour. «Je suis une fenêtre prête à me tracasser : sous le choc de l’amour». Une chanson qui parle du poids émotif que l’amour a sur nous, cette chanson a même été modifiée pour jouer à la radio. De plus, Le choc de l’amour est la chanson en première place de la liste d’écoute sur la page Spotify de Mme Granger. 

Bref, je ne suis pas surpris que Le ruban de la cassette d’Anique Granger ait tant de nominations au Gala Trille Or 2021. Il s’agit d’un concept original qui invite l’auditeur à non seulement participer à l’expérience sonore de l’écoute d’un album de musique, mais aussi de l’accompagner dans la découverte d’histoires uniques et dans le processus créatif de l’artiste. 

Je recommande fortement cet album à tous ceux qui s’intéressent au processus de création et par ce qui inspire les artistes, tous ceux qui cherchent une nouvelle expérience et tous ceux qui aiment la musique francophone. Même sans connaitre les balados, c’est un album extraordinaire dont Anique Granger pourra être fier pour le reste de sa carrière.

• • • 

Au cours des prochaines semaines, nous allons publier des critiques de chaque album sélectionné pour un ou plusieurs prix au Gala Trille Or 2021 de l’Association des professionnels de la chanson et de la musique (APCM), qui sera présenté le 29 mai.