Alexandre Matte a présenté le conte écrit par les élèves de l’École St-Étienne de Dowling pour leur mascotte, Champion le tigre.
Alexandre Matte a présenté le conte écrit par les élèves de l’École St-Étienne de Dowling pour leur mascotte, Champion le tigre.

Une année de pause pour le Billochet du jongleur

Julien Cayouette
Julien Cayouette
Le Voyageur

Le Centre franco-ontarien de folklore (CFOF) a pris la décision de ne pas remettre de Billochet du jongleur cette année. La pandémie semblait l’occasion idéale pour repenser les critères d’évaluation du prix annuel. Le directeur, Patrick Breton, a aussi révélé qu’ils avaient reçu un peu moins de candidatures cette année.

Le prix sera de retour l’an prochain. En fait, annonce M. Breton, le retour du Billochet du jongleur réimaginé accompagnera les célébrations du 50e anniversaire du Centre franco-ontarien de folklore. 

Le CFOF s’est bien tiré d’affaire en 2020. Le souper du patrimoine avait été présenté juste avant la pandémie et ils ont pu présenter le festival de contes Les vieux m’ont conté… en format hybride — avec des évènements en ligne et d’autres en salle.

Le souper traditionnel n’a cependant pas pu être présenté dans son format habituel cette année. Le CFOF a plutôt présenté une courte soirée de contes sur Zoom avec la participation de Félix Dubytz — le gagnant du Concours de la plus grosse menterie au festival —, Djennie Laguerre et Alexandre Matte.

Ce dernier a présenté un des contes créés dans le cadre du projet L’histoire de nos mascottes. Alexandre Matte et Sylvi Belleau ont présenté jusqu’à maintenant l’atelier dans six écoles francophones du Nord. Ils ont amené les élèves de 3e et 4e année à créer un conte autour de la mascotte de l’école. 

Lors de la soirée, Alexandre Matte a présenté le conte écrit par les élèves de l’École St-Étienne de Dowling pour leur mascotte, Champion le tigre.

Jusqu’à présent, six écoles ont écrit leur conte et 25 autres devraient participer d’ici la fin de l’année scolaire. Le nouveau format numérique de l’atelier, forcé par la pandémie, permet même de rejoindre une école de la Colombie-Britannique.