«Après le confinement, il est encore plus important de se rebrancher, d’être unis parce qu’il le faut.»
«Après le confinement, il est encore plus important de se rebrancher, d’être unis parce qu’il le faut.»

Rêvez-vous de chanter avec Stef Paquette?

Paul-François Sylvestre
Paul-François Sylvestre
Initiative de journalisme local - APF
La francophonie ontarienne unie par un projet musical de l’APCM

Annulé en raison de la pandémie, le projet Franc’Chœur revient sous une version entièrement numérique. L’Association des professionnels de la chanson et de la musique (APCM) propose une formule autour de quatre artistes, quatre communautés et quatre vidéos.

Le projet de chanson collaborative franco-ontarienne se veut rassembleur des communautés francophones de l’Est, du Sud, du Nord et du Centre et du Grand Sudbury. L’APCM veut beaucoup de participant, alors la date limite pour remettre une vidéo a été étiré au 1er octobre.

«Son message d’unicité devient de plus en plus pertinent dans les situations que nous vivons», peut-on lire sur le site web de l’APCM.

Franc’Chœur sera donc centré sur le refrain de la chanson Unis, composée expressément par Stef Paquette et interprétée par des voix de partout à travers la province. Chaque région est mené par un artiste ambassadeur ou ambassadrice : Ferline Régis pour l’Est ontarien, Amélie Lefebvre pour le Centre-Sud, Cindy Doire pour le Nord de la province et Stef Paquette pour le Centre et Grand Sudbury.

«Des gens de toute la province ont été invités à participer à ce projet rassembleur, porteur de la francophonie ontarienne», dit Stef Paquette.

Il s’agira de donner sa voix a capella (sans musique) au refrain de la chanson, dont voici les paroles :

Unis par l’amour
Unis par la peur
Unis par l’humour
Unis par les couleurs
Unis par le chant
Unis par le destin
Unis par le sang
Unis jusqu’à la fin
Unis par la chance
Unis par défaut
Unis en cadence
Unis parce qu’il le faut
Nous sommes tous unis

Ambassadeur et ambassadrices

Un montage vidéo sera produit pour chaque région avec son artiste ambassadrice ou ambassadeur.

Originaire d’Haïti, Ferline Régis habite la région d’Ottawa depuis plus de 15 ans. Le son riche et émouvant de sa voix n’est pas sans rappeler les vibrations de Ginette Reno ou de Sarah Vaughan.

Amélie Lefebvre, du groupe Amélie & les Singes Bleus, séduit son public depuis 2002 grâce à sa poésie intimiste et romantique. La voix rafraichissante de cette Torontoise est enluminée d’accords de guitare cabaret/folk.

Originaire de Timmins, Cindy Doire est connue pour son un folk rock typique des anciens cabarets feutrés aux lumières tamisées. Avec une certaine nostalgie des confidences chuchotées, elle nous invite à nous éloigner de la banalité.

Enfin, Stef Paquette, de Sudbury, est un véritable showman à l’humour parfois grinçant. Premier artiste franco-ontarien à faire une tournée Coup de Cœur nationale, il est reconnu pour ses capacités de rassembleur et pour sa personnalité énergique, surtout en spectacle.

Appel à l’engagement

Dès qu’un projet parle de créer des liens entre les artistes et leur communauté, Amélie Lefebvre embarque. «L’idée rassembleuse de Franc’Chœur m’a incitée à participer. J’y vois une occasion de briser un mur et de m’engager.»

Pour Amélie, les mots «Unis parce qu’il le faut» dans le refrain de la chanson sont un appel direct à l’engagement. «Nous avons le devoir de nous impliquer par des actions concrètes pour la cause environnementale, pour la cause Black Lives Matter, pour le mouvement Moi aussi, etc., précise-t-elle. Notre devoir est de comprendre que nous sommes plus puissants que nous le croyons et que nous devons aller au-delà des médias sociaux, par exemple.»

Amélie Lefebvre : «Notre devoir est de comprendre que nous sommes plus puissants que nous le croyons.»

Le projet Franc’Chœur vise à unir tous ceux et celles qui ont besoin des artistes et de leurs voix. Ce n’est pas une tâche facile, mais Amélie Lefebvre y travaille sans cesse. «N’oublions pas que nos vies deviennent meilleures quand on comprend qu’on est tous unis, comme la chanson le dit, et que c’est en se rassemblant qu’on peut faire une grosse différence pour tous et pour un monde meilleur.»

Version internationale

Pour Stef Paquette, peu importe le domaine où nous œuvrons, nous pouvons faire avancer une cause seulement si nous sommes unis. «Après le confinement, il est encore plus important de se rebrancher avec nos familles, nos amis, nos collègues, d’être unis parce qu’il le faut», note-t-il.

L’auteur-compositeur rêve d’une version internationale de la chanson, où les mots «Nous sommes tous unis» ouvriraient le bal et seraient chantés en diverses langues. Il est déjà en contact avec des artistes du Burkina Faso et sent le vent dans les voiles.