Le groupe Règlement 17
Le groupe Règlement 17

Règlement 17 à contre-courant : un 3e album de rock alternatif

Laurine LeGoff
Laurine LeGoff
L'Express de Toronto

Le groupe de rock Règlement 17 a lancé en septembre un tout nouvel album composé de neuf titres, le troisième en dix ans. Intitulé Contre-courant, il est sorti sous l’étiquette Disques Full Stéréo des frères Lamoureux, autrefois de Brasse Camarade.

L’album avait été annoncé par un concert à Ottawa, disponible en rediffusion sur la page Facebook du groupe. Depuis, il est disponible sur toutes les plateformes d’écoute ainsi qu’en CD et en téléchargement sur le site officiel de Règlement 17 (R17).

À «contre-courant» des tendances musicales

Cet album est avant tout un processus créatif, avec une atmosphère sonore collective et certains thèmes musicaux qui reviennent. «Nos textes parlent avant tout de ce qui nous inspire, sans forcément de fil conducteur. Justement, ce fil conducteur est surtout musical», raconte le guitariste du groupe, Daniel Sauvé.

Le choix du titre Contre-courant y fait d’ailleurs référence. Au contraire des musiques franco-ontariennes qui valorisent principalement leurs paroles, R17 met la musique au premier plan. «On fait les choses différemment et c’est complètement assumé, donc on se considère à contre-courant de ces tendances», ajoute Daniel Sauvé.

Ainsi, l’album ne se résume pas en un thème, mais se décline dans ses différents titres. «Si on devait trouver un message à tous les titres, ce serait inciter l’humain à réfléchir et se surpasser. Que ce soit lors d’une peine d’amour ou à travers une opinion politique, chacun doit aller au bout de ses idées», explique la chanteuse du groupe, Cathy Vallières.

Pochette de l’album Contre-courant.

Long processus créatif

Contre-courant est l’album le plus court des trois produits par le groupe, avec ses neuf titres. «On constate une tendance à réduire le nombre de chansons sur un album, souligne Daniel Sauvé. Mais aussi, le groupe a fait le choix conscient de ne prendre que celles qui nous plaisent à 100 %, quitte à en avoir moins.»

Le travail en studio a demandé énormément de temps, car certains titres se font beaucoup plus lentement que d’autres. «Par exemple, la chanson Mes ailes était en écriture depuis 2013! Il nous a fallu plusieurs années pour atteindre une version qui nous convenait parfaitement», dit Cathy Vallières.

À l’inverse, la chanteuse du groupe raconte avoir écrit les paroles de Mon cœur est noir en un soir. «La musique nous parle d’abord, puis le texte arrive assez naturellement.»

Un groupe de rock engagé

R17 se veut un groupe engagé, avec un nom qui ne doit rien au hasard. Le Règlement 17, adopté en 1912 par le gouvernement de l’Ontario, était une loi interdisant l’enseignement du français dans les écoles et a généré une importante contestation dans la région.

Comme le souligne Daniel Sauvé, la communauté franco-ontarienne avait alors montré une vraie force de mobilisation, soutenue par le Québec.

«À l’époque du Règlement 17, le Québec était impliqué dans le combat même si cela concernait une autre province. On y a vu un parallèle avec notre groupe, composé de cinq musiciens franco-ontariens et une chanteuse québécoise.»

De plus, la démarche artistique du groupe est aussi profondément engagée. Pour les membres du groupe, leurs textes riches, et souvent provocateurs, visent à ouvrir la discussion pour être agent de changement dans la société d’aujourd’hui. De la violence conjugale à la politique, en passant par la dépression, le rock de R17 aborde des enjeux qui touchent tout le monde de près ou de loin.

Lisez la suite sur le site du journal L’Express