Son nouvel album, Be Here Now lancera le 4 juin.
Son nouvel album, Be Here Now lancera le 4 juin.

Premier album en anglais pour Edouard Landry

Philippe Mathieu
Philippe Mathieu
Le Voyageur

La date approche à grands pas. L’auteur-compositeur-interprète Edouard Landry lancera son premier album anglophone, Be Here Now, sur les plateformes numériques le vendredi 4 juin. Le premier extrait du cinquième album de l’artiste originaire de Sudbury, Words, est apparu le 7 mai.

Il aura dû patienter pour le lancement. «J’ai eu 40 ans l’année passée. Donc, j’avais l’idée, puisque c’était un vendredi, de le lancer sur le jour de ma fête. Ensuite c’était en octobre et tout ça. Il fallait que je pousse tout à cause de la pandémie», explique-t-il. Pour lui, malgré les défis, tout arrive en bon temps. «C’est maintenant le temps. J’ai vraiment hâte que le monde écoute ça. C’est très spécial», annonce-t-il. 

On entend plein de nouveaux sons sur les 11 titres de l’album. Il s’inspire de la nouvelle musique qu’il étudie depuis quelque temps. «J’écoute à plein de nouvelles choses. C’est vraiment le plaisir», dit-il. 

Ce premier album, en anglais pour lui n’est qu’une façon d’essayer quelque chose de nouveau. «J’avais l’impression que ces chansons-ci étaient anglaises. L’album a commencé avec Words. Après ça, tout a décollé.» L’artiste souligne que ça ne veut pas dire qu’il arrête l’écriture de la musique francophone. 

Un premier extrait de Be Here Now, Words a été lancé le 7 mai.

Puisque les chansons ont été écrites avant la pandémie, il n’y fait pas référence. «C’est vraiment une réaction aux quatre premiers albums. C’est un peu de trouver un moment, ton oasis et de vivre dans le moment», dit-il. 

On peut par contre s’attendre à reconnaitre la pandémie dans ces prochains ouvrages. «J’ai déjà deux autres albums, annonce-t-il. On entendra des échos des effets de la pandémie dans quelques chansons.» 

L’enregistrement s’est passé à Crosspatch Studios en collaboration avec Shawn Sasyniuk, qui a également enregistré la batterie et les percussions. Le disque présente également ses deux fils aux harmonies, Mathieu et Simon Landry, Stéphan Bernard à la basse, Sam Depatie aux cordes et harmonies, Mark Lalama au clavier et à l’accordéon ainsi que Chris Colepaugh au pedal steel, lap steel et guitare. Le matriçage (mastering) a été dirigé par Pierre Duchesne et l’éditrice des paroles était Anique Granger. Sa conjointe, Lynne Dupuis a également contribué à la photographie.