Bibliothèque de Sault-Ste-Marie au centre-ville
Bibliothèque de Sault-Ste-Marie au centre-ville

L’histoire transformative d’une bibliothèque

Éric Boutilier
Éric Boutilier
Le Voyageur

La Ville de Sault-Ste-Marie va célébrer le 125e anniversaire de sa bibliothèque municipale. La bibliothèque municipale de Sault-Ste-Marie a été fondée le 31 aout 1896 et ses débuts ont été marqués par un incendie et la générosité.

Son prédécesseur, l’institut de la mécanique — un ancien établissement d’éducation pour adultes — a été remplacé afin de permettre à l’ensemble de la population de s’approprier des connaissances et des ressources dont elle avait besoin, sans avoir à payer des frais d’adhésion.

En 1903, le conseil municipal a fait une demande de financement auprès de la fondation philanthropique d’Andrew Carnegie pour financer en partie la construction d’une nouvelle librairie au centre-ville. La subvention de 10 000 $ — l’équivalent de près de 236 000 $ aujourd’hui — a été utilisée pour ériger un complexe à usages multiples.

À l’époque, on pouvait retrouver à l’intérieur la bibliothèque le bureau de poste, l’hôtel de ville et la caserne. Par contre, l’édifice a été la proie des flammes en 1907, quelques années seulement après son inauguration.

Les élus se sont retrouvés dans une situation plutôt embarrassante parce qu’ils avaient sous-assuré la valeur du bâtiment. Ils ont tout de même fait une deuxième demande de fonds auprès de ce même organisme charitable.

Bibliothèque de Sault-Ste-Marie dans le secteur nord de la ville

«Les leadeurs de la ville de l’époque ont cru qu’ils n’avaient pas besoin d’assurer la bibliothèque à sa pleine valeur, car elle était logée à l’intérieur du même édifice que sa caserne. Ils ont seulement couvert la portion de la bibliothèque pour 4500 $ [environ 106 000 $ aujourd’hui]», raconte la gestionnaire des services publics de la bibliothèque de Sault-Ste-Marie, Sharon Wigney.

«Naturellement, M. Carnegie n’était pas très impressionné par les décisions de la ville à cette époque. Il a néanmoins accepté de donner une autre subvention de 5500 $ pour combler le déficit», précise-t-elle. 

«Selon les reportages, il n’y avait personne à l’intérieur de la caserne le soir du 6 mars 1907. En conséquence, la totalité de l’immeuble a été détruite par un brasier.»

En 1966, une nouvelle bibliothèque a vu le jour sur les rives de la rivière Sainte-Marie. Le projet a été achevé à l’aube des célébrations du centenaire du Canada de 1967.

Les leadeurs municipaux ont à maintes reprises décrit l’édifice comme étant le bijou du secteur riverain de la ville, car plusieurs matériaux locaux — entre autres des poutres en acier de l’usine Algoma Steel — ont été utilisés dans sa construction.

De nouvelles succursales ont également été ouvertes dans la plaza Churchill et dans le secteur de Korah. En tout, il y avait quatre succursales dans l’ensemble de la ville et un bibliobus pour les régions moins bien servies.

Consolidation des succursales et des services

La succursale de Steelton a fermé ses portes en 1992 en raison de plusieurs changements dans ce quartier. En 2016, celle de la plaza Churchill a été victime de compressions budgétaires.

Trois ans plus tard, la succursale Korah a été déménagée dans des locaux inoccupés d’une ancienne école secondaire. C’est à cet endroit que l’on peut retrouver les archives de la librairie.

La bibliothèque municipale de Sault-Ste-Marie demeure néanmoins une institution où plusieurs résidents peuvent obtenir des services ou des ressources éducatives et informatives. On  retrouve entre autres une vaste collection de livres, de vidéos et de matériaux en français pour les enfants et les adultes.

La bibliothèque a remporté un prix de la Chambre de commerce de Sault-Ste-Marie en 2019 pour avoir amélioré le niveau d’accessibilité dans l’ensemble de l’édifice.