Le musée du 26, rue Bloor
Le musée du 26, rue Bloor

L’esprit de préservation, même en pandémie

Philippe Mathieu
Philippe Mathieu
Le Voyageur

La pandémie n’a pas été facile pour les employés du Northern Ontario Railroad Museum & Heritage Centre. «On offre une expérience très immersive et pratique, ce qui a rendu la pandémie assez difficile. Nous essayons de faire ressentir à nos visiteurs ce que c’était que de travailler sur l’ancienne voie ferrée. La plupart des gens ne savent pas ce que c’est que d’êtres sur une vieille locomotive», explique l’archiviste du musée, Kat Bezaire.

Engagé au printemps. Mme Bezaire catalogue et organise la bibliothèque du musée grâce à une subvention du gouvernement. Le musée du 26, rue Bloor a comme objectif de préserver l’histoire minière, ferroviaire et forestière de Sudbury ainsi que de certaines régions du Nord de l’Ontario. 

Bien que le musée soit centré sur l’histoire de Capréol, certaines pièces d’archives viennent de bien plus loin. «Ça dépend qu’est-ce que c’est. On couvre l’histoire du chemin de fer, l’exploitation minière et la foresterie. Alors, on essaie de se concentrer sur le Nord-Est de l’Ontario. On va parfois jusqu’à la région de Muskoka, ça dépend vraiment de ce qu’on reçoit à garder.»

Le musée est divisé en deux propriétés. La première est l’ancienne maison de style victorien qui date de 1916 et qui appartenait à l’ancien chef de gare lorsque le Canadien National n’était que Canadian Northern. 

«C’est sur ce terrain que nous avons toutes les locomotives et le parc Prescott, qui porte le nom de l’ancien maire de Capreol qui a créé le musée entre 1961 et 1962, lorsqu’il cherchait à recevoir le don de la grosse locomotive verte que nous avons. Après tout, nous sommes une ville ferroviaire!», souligne Kat Bezaire. 

La deuxième propriété est l’ancien bâtiment municipal et l’ancienne caserne des pompiers. C’est là que se trouvent le centre d’archives et la bibliothèque. «Il retrace l’histoire des pompiers de Capreol. Au sous-sol se trouvait l’ancienne prison du commissariat. Dans une autre pièce sur le côté, nous avons un train miniature qui la traverse. On en a beaucoup de choses qui se passent ici», ajoute-t-elle. 

Le musée est également célèbre pour son activité annuelle d’Halloween, où les visiteurs naviguent l’ancien système ferroviaire rempli de pièges et de scènes effrayantes. 

Alors que la province rouvre, le musée espère pouvoir accueillir des groupes plus importants et plus de personnes bientôt. On peut trouver d’autres informations sur le https://normhc.ca/