Le vœu de pauvreté qui empêche de rester

Les diocèses canadiens accueillent de plus en plus de prêtres de l’étranger et, pour certains, l’obtention de la résidence permanente est un vrai casse-tête.

Parmi les emplois où il y a pénurie de main-d’œuvre francophone, il y en a un qui présente des défis particuliers pour les travailleurs étrangers : curé de paroisse. Les diocèses canadiens accueillent de plus en plus de prêtres de l’étranger et, pour certains, l’obtention de la résidence permanente est un vrai casse-tête.

Le Voyageur a entendu un récit très particulier. Mais comme les personnes touchées par ces situations nous ont demandé de ne pas les nommer, nous tairons leur nom et ceux des paroisses. 

Dans le cas qu’on nous a raconté, un prêtre francophone s’est fait refuser sa demande de résidence permanente par l’Ontario pour deux raisons principales : son salaire n’était pas suffisamment élevé et il ne supervise pas suffisamment d’employés pour justifier que sa présence était essentielle. Des critères difficiles à rencontrer lorsque l’on fait vœu de pauvreté, ou que votre salaire est plus bas parce que vous avez d’autres avantages, et que vous avez seulement besoin d’une secrétaire et d’un concierge, par exemple.

Les municipalités et les paroissiens desservis par le prêtre lui sont venus en aide pour payer la demande — environ 2000 $ —, ont cherché des informations, ont contacté leur député, ont cherché des conseils, le diocèse a également appuyé la demande… Rien à faire. La vocation ne cadre pas avec les critères stricts reconnus par les fonctionnaires provinciaux. «Personne n’a les moyens de lui payer un avocat» qui pourrait l’aider à trouver le bon programme auprès duquel faire sa demande, mentionne le maire qui nous a expliqué cette situation.

Il rappelle aussi que, pour plusieurs petites municipalités francophones rurales, un curé qui peut s’exprimer en français est encore un membre essentiel de la communauté, entre autres pour la survie de la langue.

Sauvé par le projet pilote?

Ils ont fini par apprendre que le Programme pilote d’immigration dans les régions rurales et du Nord pourrait être le bon programme, mais il entrera seulement en vigueur en janvier. D’ici là, leur curé doit refaire une demande de visa de travail.

Le coordonnateur du Réseau de soutien à l’immigration francophone du Nord de l’Ontario, Thomas Mercier, confirme que les projets pilotes permettront de ramener le centre de décision dans les régions. «[... D]ésormais, ce seront les acteurs locaux implantés dans la municipalité qui auront un mot à dire dans la sélection ou non des candidats. Les décideurs connaitront mieux les réalités sur le terrain et pourront mieux évaluer si les candidats et les employeurs répondent aux critères.» À terme, ceci pourrait aider certaines situations plus rares, mais les prêtres ne sont pas sur la liste des emplois prioritaires pour le moment.

Il rappelle que, de manière générale, les règles d’immigration en place, surtout celles reliées à l’emploi, servent à assurer que les immigrants ont de bonnes conditions de travail et ne sont pas exploités. Le Réseau a été témoins des deux extrêmes : un bon candidat refusé pour des formalités et des employeurs qui ont abusé d’un candidat.

Sans vouloir entrer dans les détails afin de ne pas dévoiler d’information privée, le diocèse de Sault-Ste-Marie confirme que, de leur côté, ils ont instauré des procédures afin d’aider les prêtres qui font des demandes de résidence permanente ou de citoyenneté. Chaque cas est unique et complexe; les embuches ne sont pas rares. 

Test de compétences langagières

Des critiques concernant le test de compétence en français ont également émergé de nos discussions avec plus d’un intervenant. Ce test est obligatoire pour tous les demandeurs de résidence permanente; qu’il soit membre de l’Académie française ou résident des États-Unis, note Thomas Mercier. Le gouvernement veut vérifier ses compétences lui-même afin d’éviter toute fraude.

Deux prêtres à qui nous avons parlé ont échoué au test à leur premier essai. L’un a décidé de réessayer de le faire en anglais. L’autre venait tout juste de revenir de Toronto pour son deuxième essai. 

Dans le cas du deuxième, il trouve l’exercice carrément humiliant. Non seulement vient-il d’un pays francophone, mais il a complété une maitrise dans une université francophone du Canada. Il se demande s’il n’y aurait pas une façon de reconnaitre les compétences langagières d’un candidat au moins à partir d’un diplôme obtenu au pays.

Il n’a pas trouvé les questions particulièrement difficiles, mais la limite de temps et le stress imposés par le format lui ont fait échouer son premier essai, croit-il.

Thomas Mercier du Réseau du Nord a entendu les deux avis : «J’ai déjà eu vent de personnes qui auraient de la difficulté avec le test, mais j’ai également reçu plusieurs avis comme quoi le niveau était très de base et que le test n’était qu’une formalité».

Cependant, ces tests sont encore seulement offerts à Ottawa et Toronto et le demandeur doit débourser de l’argent — 440 $ pour chaque essai selon un de nos intervenants — en plus de son déplacement. 

«Sur le terrain dans le Nord de l’Ontario, nous travaillons notamment à ce que des tests de langue soient disponibles localement dans le Nord de l’Ontario grâce à des partenaires présents dans la région», fait savoir M. Mercier.

North Bay

Pour la première fois dans l’histoire du Carnaval des Compagnons, le macaron aura été conçu par un enfant de la communauté francophone de North Bay.

Mila Mulock, une élève de la troisième année de l’École publique Héritage, a remporté le concours de design du 57e macaron de l’évènement. Le Centre culturel Les Compagnons a récemment invité les élèves des quatre écoles de langue française de la ville à participer à ce concours afin de développer un emblème représentatif du Carnaval de 2020. L’image de Mila a été sélectionnée parmi 221 soumissions et sera publiée à la une du programme souvenir officiel de l’évènement. Les dessins des huit finalistes feront partie d’une exposition artistique à la galerie W.K.P. Kennedy pendant la durée du Carnaval. (É.B.)

Temiskaming Shores

Ils sont venus de loin et sont repartis enchantés !

C’est que le Village Noël Temiskaming de New Liskeard recrée la magie d’un Noël à l’ancienne. « Nous courons les marchés de Noël chaque année et celui-ci est unique ! » affirme avec enthousiasme Johanne Hamel Jolette, de Montréal.

Du 21 au 23 novembre, les rues principales de New Liskeard ont été jalonnées de cabanes toutes plus mignonnes les unes que les autres. Avec leurs enseignes uniques, chacune invitait les visiteurs à profiter de produits d’artisans locaux : il y en avait pour tous les gouts.

Grand Sudbury

«Ce n’est qu’un début».

Une dizaine de familles d’origine italienne ont annoncé un don commun de 250 000 $ à la campagne majeure de financement de la Place des Arts le 3 décembre, dans le cadre de Mardi je donne. Selon un des meneurs de l’initiative, Perry Dellelce, «ce n’est qu’un début».

Temiskaming Shores

Un, deux, trois, allons au bois!

Une éducatrice à la retraite de New Liskeard, Pauline Beaubien-Dumont, a récemment publié son premier livre pour enfants intitulé Un, deux, trois, allons au bois! Le récit de cette nouvelle écrivaine franco-ontarienne a été dévoilé la semaine dernière en collaboration avec l’Association canadienne-française de l’Ontario (ACFO) du Témiskaming.

Elliot Lake

2019 marque le 50e anniversaire de l’École élémentaire catholique Georges Vanier d’Elliot Lake.

L’école a lancé les festivités le 15 novembre avec le vernissage de la Galerie d’OR, une exposition d’œuvres d’art créées par tous les élèves de l’école sous la direction de Julie Merk, enseignante à la retraite. Une centaine de parents et amis, dont la députée fédérale Carole Hughes, sont venus admirer le travail des élèves.

North Bay

Les représentations auront lieu les 29 et 30 novembre dans la salle de spectacle de l’École secondaire publique Odyssée de North Bay à 19 h.

La nouvelle production de la Troupe du bord-du-lac, Surprise! Surprise!, est une comédie de l’auteur québécois Michel Tremblay. Par contre, la mise en scène de Michelle St-Onge apportera une variation au classique.

Timmins

Le Centre culturel La Ronde a soufflé ses 51 bougies dans une ambiance festive le 22 novembre en compagnie de 290 joyeux invités.

Cette soirée dans la salle de bal McIntyre à Schumacher se voulait à la fois une célébration du temps des Fêtes et un temps de réjouissance et de festoiement pour souligner l’anniversaire du Centre. «Nous avons reçu tellement de compliments, c’est super! C’était bien organisé», indique avec enthousiasme la directrice générale du Centre, Lisa Bertrand. «C’était complet, et ce, depuis la mi-octobre.»

Grand Sudbury

Un classique utilisé pour parler de l’inévitabilité

On connait tous — plus ou moins en détail — l’histoire du Petit Prince d’Antoine de Saint-Exupéry. Il ne faut surtout pas oublier de présenter cette histoire aux plus jeunes et c’est un peu ce que la pièce de théâtre pour enfant Mon Petit Prince veut faire, tout en abordant un thème difficile : le deuil. L’équipe de cette pièce sera au Théâtre du Nouvel-Ontario le 23 novembre.

Claudelle est une enfant enjouée. Elle collectionne toutes sortes de choses, comme les sortes de vents, aime par-dessus tout l’amour que ses parents se vouent l’un pour l’autre et son livre préféré, Le Petit Prince. Cependant, il y a un an, sa mère «est partie rejoindre les étoiles» et son père, pilote de brousse, ne semble pas savoir comment sortir de son grand chagrin. Claudelle se donne la mission de le faire rire à nouveau en utilisant les leçons que son livre préféré lui a enseignées.

Blind River

L’auditorium de l’École secondaire catholique Jeunesse-Nord accueillera bientôt des films francophones.

Le Parlement des élèves de l’école francophone de Blind River, a récemment développé l’idée en étroite collaboration avec un cinéma local qui promet une expérience unique à la communauté franco-ontarienne de la rive nord du lac Huron.

L’initiative a été proposée afin d’augmenter l’offre d’activités rassembleuses faisant la promotion de la langue et de plusieurs cultures francophones auprès des élèves et des résidents de la région. La projection du film De père en flic, qui devait avoir lieu le 7 novembre mais qui a dû être reportée en raison de problèmes techniques, va aussi agir en tant que prélèvement de fonds pour financer certaines activités du Parlement des élèves de Jeunesse-Nord.

Grand Sudbury

L’intégration des nouvelles arrivantes par la voie de la découverte

Nécessité et découverte sont les deux fondements des séances de cuisine communautaire pour nouvelles arrivantes, offertes au Centre de santé communautaire du Grand Sudbury (CSCGS) depuis un peu plus d’un an. On y apprend effectivement à cuisiner, mais on y découvre aussi d’autres cultures, des services et des amies.

Sudbury

La doctorante Lianne Pelletier a mis en lumière les raisons qui expliquent certains comportements envers les arts en milieu minoritaire.

En étudiant le comportement de consommateurs et de non-consommateurs atypiques d’art, la doctorante Lianne Pelletier est parvenue à dégager certaines caractéristiques de ces publics qui pourraient aider les organismes culturels en milieu minoritaire à mieux cibler leurs efforts de markéting.

Grand Sudbury

Avec des artistes qui vivent leurs émotions à fleur de peau.

La Slague a déjà présenté des spectacles plateaux doubles, surtout avec des artistes franco-ontariens. Ce qui est plus rare, c’est un plateau double avec une artiste aussi bien établie qu’Ingrid St-Pierre, qui partagera la scène avec le sous-estimé David Marin le 8 novembre au Collège Boréal.

Sudbury

Les familles qui ont fondé et fait prospéré Rayside-Balfour ont désormais un mur juste pour eux.

Café-Héritage (anciennement connu sous le nom Café-Musique) a dévoilé une nouvelle murale le 13 octobre. Situé à l’entrée du centre Lionel E. Lalonde à Azilda, elle a pour but de commémorer les familles fondatrices de Rayside-Balfour.

Sudbury

Une rencontre. Ou plutôt des rencontres. C’est la description très large que l’on pourrait donner au projet Aalaapi | ᐋᓛᐱ qui sera présenté au Théâtre du Nouvel-Ontario du 7 au 9 novembre.

Sans avoir été conçu pour être une contribution à la réconciliation des peuples du Canada, Aalaapi | ᐋᓛᐱ pourrait tout de même s’inscrire comme l’un de ses éléments. Il n’y aura pas de réconciliation sans compréhension et la pièce permet justement de découvrir une partie de la réalité des peuples inuits.

North Bay

La directrice de la galerie WKP Kennedy aimerait bientôt aller de l’avant avec la création d’une murale qu’elle propose pour un mur de brique extérieur du Centre Capitol.

Alix Voz a une vision qui pourrait améliorer l’esthétique de son coin du centre-ville de North Bay en faisant la promotion d’un message d’inclusion à travers son art.

Sudbury

Un univers de devinettes et de possibilités

Le concept de 26 lettres à danser offre tellement de possibilités que la metteuse en scène est convaincue qu’elle pourrait faire plusieurs autres versions de cet «abécédaire dansé». 

Ontario

Serge Monette prépare un 4e album plus inspiré par l’actualité.

L’auteur-compositeur-interprète originaire de la région de Sudbury, Serge Monette, a lancé une chanson intitulée Un peuple debout le 13 septembre. Cette chanson est le premier extrait de son nouvel album, Sonnez l’éveil, qui sera lancé en mars 2020. Il prévoit sortir un deuxième extrait de son nouvel album à la mi-octobre. 

Mattawa

Le Musée de Mattawa a dévoilé une nouvelle exposition sur la vie et les œuvres de Victor Groulx, un artisan francophone local passionné de musique.

Le 5 octobre, le musée a célébré la vie de ce créateur franco-ontarien en mettant en vitrine certains instruments qu’il a lui-même fabriqués.

Afin de lui rendre hommage et de respecter ses vœux, sa veuve Muriel a récemment donné au Musée de Mattawa quelques instruments de musique personnels de son époux, décédé en 2017.

Grand Sudbury

Les vieux m’ont conté… à table commence mercredi.

Le festival de contes du Centre franco-ontarien de folklore (CFOF) est de retour pour une troisième année, pour la première fois avec un thème. Les vieux m’ont conté… à table aurai lieu de 16 au 20 octobre et rassemblera une fois de plus des conteurs d’ici et d’ailleurs pour près de 10 spectacles.

L’Apéro-conté avec Jean-Marc Derouen, Contes et fromage avec le Père Garneau et sa conjointe ainsi que le déjeuner crêpes et contes sont les activités qui ont donné l’idée du thème au directeur du CFOF, Patrick Breton. «Je voulais faire quelque chose avec le titre de notre festival. On peut ajouter trois points et changer le thème chaque année.» Pour rester dans le thème, ils ont aussi ajouté une collation à la fin de la Randonnée contée du samedi.

River Valley

Claire Ménard-Roussy, une nouvelle autrice franco-ontarienne, était de passage dans sa ville adoptive de Nipissing Ouest pour faire le lancement officiel de son premier roman intitulé Raoul, tu me caches quelque chose. La romancière a dévoilé un petit extrait de son livre aux intéressés qui s’étaient présentés en grands nombres au Club d’âge d’or de Sturgeon Falls le 2 octobre.

Native de Lancaster dans l’Est de l’Ontario, Mme Ménard-Roussy a œuvré dans le domaine de l’enseignement pendant plus d’une vingtaine d’années à l’École secondaire catholique Franco-Cité et aussi à l’ancienne école Sturgeon Falls Secondary. Passionnée de littérature, l’enseignante retraitée a décidé d’écrire son premier livre en racontant l’histoire de Raoul Denonville, arrivé à River Valley au milieu de la Première Guerre mondiale.

Grand Sudbury

Avec trois spectacles à guichet fermé, il serait juste de qualifier le French Fest 2019 de succès.

Louis Josée Houde mardi, Plein la gueule! au Théâtre du Nouvel-Ontario et Oscar Trio au Club 50 de Chelmsford jeudi étaient presque tous complet. De plus, en assistant à plus d’un évènement du French Fest de La Slague du Carrefour Francophone cette année, on pouvait constater que l’organisme Sudburois est parvenu à remplir sa vision d’accueil et d’inclusion pour les nouveaux arrivants à travers cette fête. La journée familiale en était le parfait exemple, entre autres, avec un atelier de danses carrées traditionnellement canadiennes-françaises suivi d’un spectacle de l’artiste d’origine haïtienne Welsi.

1er octobre 2019

French Fest 2019

Nord de l’Ontario

Elle a l’habitude d’organiser la promotion de nouveaux ouvrages et de coordonner les entrevues avec les auteurs, mais cette fois-ci, c’est à son tour. Au quotidien, Véronique Sylvain est responsable des communications aux Éditions David, mais aussi autrice. Elle lance un tout premier recueil de poèmes, Premier quart, le 24 septembre chez Prise de parole.

«Quand j’ai vu la version numérique, dit-elle, j’ai eu une chaleur. C’est un feeling que je n’avais jamais eu. C’est un peu comme tomber amoureux, je pense. Ça faisait presque 10 ans que je travaillais là-dessus.»

Sudbury

Léo Therrien a été choisi comme directeur général fondateur de la Place des Arts du Grand Sudbury. M. Therrien quittera donc la direction de la Maison McCulloch, qu’il dirige depuis 20 ans, et prendra les rênes de l’organisme le 15 mai.

«J’ai toujours cru au projet. J’ai toujours supporté les sept organismes qui sont là et c’est un projet innovateur. Ça m’intéresse tellement que je veux m’embarquer plus profondément dans le projet», déclare-t-il au Voyageur.

«Léo est une force de la nature, un agent de changement inspirant qui arrive à un moment charnière dans l’histoire du projet. Il incarne parfaitement les valeurs de la Place des Arts et il ne recule devant rien», a exprimé le président du conseil d’administration de la PdA, Stéphane Gauthier, par voie de communiqué.

Le nouveau directeur devra d’abord s’assurer du bon déroulement de la construction, qui devrait commencer au cours des prochaines semaines, préparer l’emménagement des organismes et l’ouverture officielle. Ayant été à la tête de la maison de soins palliatifs pour la construction de l’emplacement actuel et de l’agrandissement en cours, M. Therrien se retrouvera en terrain connu.

«Dans mes 35 ans de travail avec des organismes sans but lucratif, j’ai toujours fait de la cueillette de fonds. C’est ce que je fais, ça a toujours été ma réalité de travailler avec des conseils d’administration», renchérit-il.

Ensuite, il devra veiller à ce que l’organisme ait les ressources nécessaires au bon fonctionnement des activités quotidiennes. Une fois installé, «on a huit organismes, 50 employés qui vont être ensemble; il y a donc des possibilités de faire des collaborations», croit-il.

M. Therrien ne s’attend pas à avoir beaucoup de difficulté à s’adapter à son nouvel emploi, puisqu’il connait déjà plusieurs des membres, leurs employés et leurs bénévoles.

Il quitte un organisme qu’il a fait évoluer d’un lieu qui s’occupait uniquement des gens atteints du VIH-Sida — la Maison La Paix — en maison de soins palliatifs complets, chef de file en son domaine et point de référence pour toutes les autres en l’Ontario. «Je vais certainement m’ennuyer du personnel et des bénévoles, les familles et les résidents. Les gens qui sont là le sont pour la bonne cause et ils vont continuer le projet... et je vais être à Sudbury, s’ils ont besoin d’aide, c’est sûr que je vais être autour pour répondre à des questions», rassure-t-il.

La PdA regroupera le Carrefour francophone de Sudbury, le Centre franco-ontarien de folklore, le Théâtre du Nouvel-Ontario, les Éditions Prise de parole, les Concerts La Nuit sur l’étang, la Galerie du Nouvel-Ontario et Salon du livre du Grand Sudbury à partir du 2020.