Léo Therrien

La Place des Arts a trouvé son premier directeur général

Léo Therrien a été choisi comme directeur général fondateur de la Place des Arts du Grand Sudbury. M. Therrien quittera donc la direction de la Maison McCulloch, qu’il dirige depuis 20 ans, et prendra les rênes de l’organisme le 15 mai.

«J’ai toujours cru au projet. J’ai toujours supporté les sept organismes qui sont là et c’est un projet innovateur. Ça m’intéresse tellement que je veux m’embarquer plus profondément dans le projet», déclare-t-il au Voyageur.

«Léo est une force de la nature, un agent de changement inspirant qui arrive à un moment charnière dans l’histoire du projet. Il incarne parfaitement les valeurs de la Place des Arts et il ne recule devant rien», a exprimé le président du conseil d’administration de la PdA, Stéphane Gauthier, par voie de communiqué.

Le nouveau directeur devra d’abord s’assurer du bon déroulement de la construction, qui devrait commencer au cours des prochaines semaines, préparer l’emménagement des organismes et l’ouverture officielle. Ayant été à la tête de la maison de soins palliatifs pour la construction de l’emplacement actuel et de l’agrandissement en cours, M. Therrien se retrouvera en terrain connu.

«Dans mes 35 ans de travail avec des organismes sans but lucratif, j’ai toujours fait de la cueillette de fonds. C’est ce que je fais, ça a toujours été ma réalité de travailler avec des conseils d’administration», renchérit-il.

Ensuite, il devra veiller à ce que l’organisme ait les ressources nécessaires au bon fonctionnement des activités quotidiennes. Une fois installé, «on a huit organismes, 50 employés qui vont être ensemble; il y a donc des possibilités de faire des collaborations», croit-il.

M. Therrien ne s’attend pas à avoir beaucoup de difficulté à s’adapter à son nouvel emploi, puisqu’il connait déjà plusieurs des membres, leurs employés et leurs bénévoles.

Il quitte un organisme qu’il a fait évoluer d’un lieu qui s’occupait uniquement des gens atteints du VIH-Sida — la Maison La Paix — en maison de soins palliatifs complets, chef de file en son domaine et point de référence pour toutes les autres en l’Ontario. «Je vais certainement m’ennuyer du personnel et des bénévoles, les familles et les résidents. Les gens qui sont là le sont pour la bonne cause et ils vont continuer le projet... et je vais être à Sudbury, s’ils ont besoin d’aide, c’est sûr que je vais être autour pour répondre à des questions», rassure-t-il.

La PdA regroupera le Carrefour francophone de Sudbury, le Centre franco-ontarien de folklore, le Théâtre du Nouvel-Ontario, les Éditions Prise de parole, les Concerts La Nuit sur l’étang, la Galerie du Nouvel-Ontario et Salon du livre du Grand Sudbury à partir du 2020.

River Valley

Claire Ménard-Roussy, une nouvelle autrice franco-ontarienne, était de passage dans sa ville adoptive de Nipissing Ouest pour faire le lancement officiel de son premier roman intitulé Raoul, tu me caches quelque chose. La romancière a dévoilé un petit extrait de son livre aux intéressés qui s’étaient présentés en grands nombres au Club d’âge d’or de Sturgeon Falls le 2 octobre.

Native de Lancaster dans l’Est de l’Ontario, Mme Ménard-Roussy a œuvré dans le domaine de l’enseignement pendant plus d’une vingtaine d’années à l’École secondaire catholique Franco-Cité et aussi à l’ancienne école Sturgeon Falls Secondary. Passionnée de littérature, l’enseignante retraitée a décidé d’écrire son premier livre en racontant l’histoire de Raoul Denonville, arrivé à River Valley au milieu de la Première Guerre mondiale.

Grand Sudbury

Avec trois spectacles à guichet fermé, il serait juste de qualifier le French Fest 2019 de succès.

Louis Josée Houde mardi, Plein la gueule! au Théâtre du Nouvel-Ontario et Oscar Trio au Club 50 de Chelmsford jeudi étaient presque tous complet. De plus, en assistant à plus d’un évènement du French Fest de La Slague du Carrefour Francophone cette année, on pouvait constater que l’organisme Sudburois est parvenu à remplir sa vision d’accueil et d’inclusion pour les nouveaux arrivants à travers cette fête. La journée familiale en était le parfait exemple, entre autres, avec un atelier de danses carrées traditionnellement canadiennes-françaises suivi d’un spectacle de l’artiste d’origine haïtienne Welsi.

1er octobre 2019

French Fest 2019

Nord de l’Ontario

Elle a l’habitude d’organiser la promotion de nouveaux ouvrages et de coordonner les entrevues avec les auteurs, mais cette fois-ci, c’est à son tour. Au quotidien, Véronique Sylvain est responsable des communications aux Éditions David, mais aussi autrice. Elle lance un tout premier recueil de poèmes, Premier quart, le 24 septembre chez Prise de parole.

«Quand j’ai vu la version numérique, dit-elle, j’ai eu une chaleur. C’est un feeling que je n’avais jamais eu. C’est un peu comme tomber amoureux, je pense. Ça faisait presque 10 ans que je travaillais là-dessus.»