Denise Guido et Daniel Robillard
Denise Guido et Daniel Robillard

La Gang à Popa attend

Lise Dugas
Lise Dugas
Le Voyageur

«Une des premières fois où on était prêts à l’avance», lance le président de la troupe La Gang à Popa, Henri Lagrandeur, au sujet du Cabarire qui a été annulé en mars 2020 quand la pandémie a tout changé. 

L’annulation a été une décision de groupe. «On ne voulait pas causer d’ennui et on ne voulait pas être responsables que quelqu’un tombe malade. Les billets avaient déjà été distribués. Plusieurs ont gardé leurs billets» pour un spectacle éventuel «et n’ont pas demandé de remboursement», explique le président de la troupe de théâtre amateur. Avec une moyenne de deux Cabarire par année, au-delà de 20 spectacles ont été montés depuis 2008.

Malgré les défis occasionnés par la pandémie, La Gang à Popa a réussi jusqu’à présent à payer la location de son local au centre communautaire Valley Community Church de Blezard Valley. «Nous avons gardé notre théâtre. Nous avions un peu d’argent mis de côté pour l’achat d’équipement, alors, nous nous servons de cette réserve pour payer notre loyer. On a hâte que ça recommence.»

En ce qui concerne des dates possibles pour les prochaines soirées Cabarire, il faudra attendre que la pandémie soit sous contrôle. «Oui, nous avons l’intention de reprendre dès que nous avons le OK de l’unité sanitaire ou que nous jugeons sécuritaire pour nos fans, probablement au printemps 2022.»

Louise Langlois, Rolly Quenville, André Aubin, Carmen Shepherd et Henri Lagrandeur

Est-ce que les membres de la Gang à Popa sont en communication malgré la pandémie? M. Lagrandeur explique : «Nous avons un site sur Messenger pour tous les membres. Nous sommes en communication presque chaque jour. Quant au moral, nous avons tous hâte de retourner sur l’estrade. De temps en temps, nous avons un appel Zoom où tous les membres disponibles jasent ensemble.»

Pour le plaisir

Les soirées Cabarire et les pièces de théâtre sont très populaires auprès de la communauté francophone de la région. La troupe est composée de membres aussi jeunes que Korah Kramarczyk, la petite fille d’Henri Lagrandeur qui a 16 ans, et allant jusqu’à 72 ans. La plupart sont à l’âge de la retraite. Tous les membres de la famille de M. Lagrandeur prêtent mainforte à ce projet qui leur tient à cœur.

La troupe La Gang à Popa a vu le jour en 2002 avec «l’idée de créer des pièces de théâtre». «Au début. Plusieurs voulaient faire du théâtre en français. J’avais un amour du théâtre, j’étais une personne gênée», raconte Henri Lagrandeur. Une fois qu’il est monté sur scène, «j’ai eu la piqure». 

«C’est la 4e année que les soirées Cabarire sont présentées à Blezard Valley, rue Martin, dans le Théâtre de La Gang à Popa au centre communautaire Valley Community Church, dans l’ancienne école Notre-Dame-du-Rosaire.» Être locataire de leur propre emplacement leur simplifie la vie. Tout l’équipement demeure sur place et la troupe peut répéter à sa guise. 

Benoit Langlois,  Denise Guido, Dan Curtis, Jeannine Poirier et Carole Meilleur.

Au tout début, quand la troupe devait se déplacer, ce n'était pas évident. De 2003 à 2006, ils montaient des pièces de théâtre dans les gymnases des écoles de Notre-Dame de Hanmer, l’École secondaire Hanmer et Confederation High School. 

Afin d’obtenir des subventions du gouvernement, la troupe a dû s’enregistrer comme organisme à but non lucratif en 2004. En plus, «la ville du Grand Sudbury a fourni un octroi pour aider à payer pour les chaises.»

C’est à partir de ce moment-là que La Gang à Popa a pu se permettre d’acheter de l’équipement — lumières, système de son, remorque, estrade et autres — et de présenter ses soirées Cabarire sous forme de tournée dans différentes salles de plusieurs villages, tels qu’Azilda, Blezard Valley, Cache Bay, Chelmsford, Coniston, Field, North Bay, St-Charles, Sturgeon Falls et Verner. 

Tous les membres de la troupe contribuent aux scripts pour les saynètes des Cabarire. Plusieurs sessions de brainstorming portent leurs fruits. L’autre composante hilarante qui fait maintenant partie des soirées Cabarire est sans contredit les numéros chantant avec Les casquettes croches — composées d’André Aubin, à la planche à laver, Henri Lagrandeur à la guitare, Rolland Quenville au banjo et Daniel Robillard à la guitare.