Le Post-il poster de l’encouragement de Camille Dillon
Le Post-il poster de l’encouragement de Camille Dillon

La Brigade débarque

Julien Cayouette
Julien Cayouette
Le Voyageur

Le groupe d’art pour adolescents du Théâtre du Nouvel-Ontario, La Brigade, présente le fruit de son labeur sur le site web du TNO. Poèmes, musique, œuvres d’art, acrobaties… les jeunes ont pu s’exprimer à leur façon sur les thèmes qui les intéressent. Évidemment, pour un groupe qui a dû tenir toutes ses rencontres en vidéoconférence, la pandémie prend beaucoup de place.

L’un des projets de Camille Dillon, une participante qui fréquente le Collège Notre-Dame, adopte cette thématique. Un jour où la motivation lui manquait, elle s’est mise à «gribouiller» sur des Post-its.

«Je l’ai appelé le Post-il poster de l’encouragement. C’est plein de Post-its sur une page avec plein de mots d’encouragement, comme : “Tu peux le faire”, ”Tu es capable”. Des mots comme ça pour donner de l’espoir et de l’encouragement dans les moments plus difficiles.»

Elle a aussi découvert pendant ses cours d’anglais à l’école qu’elle avait une passion pour la poésie. Elle a continué à en faire dans ses temps libres et La Brigade lui a fourni une occasion de les présenter.

Camille Giroux a voulu participer à La Brigade pour faire partie d’un groupe qui lui donnait l’occasion de s’exprimer en français, ce qu’elle a moins souvent l’occasion de faire avec sa famille, ses amis et ses autres activités. «Je ne veux pas perdre ma langue, c’est très important pour moi.»

Pour Amélie Giroux, aussi du Collège Notre-Dame, La Brigade est une occasion de croissance personnelle. «Ça fait quelques années que mes résolutions pour l’année c’est de sortir de ma zone de confort.» Elle a vu La Brigade comme une façon d’y arriver. 

En plus d’un poème sur l’optimisme, elle a produit une peinture — un art qu’elle pratiquait déjà une fois par mois. Une œuvre qui illustre comment «le temps passe tellement vite et, des fois, on a plein d’opportunités qui nous passent drette devant les yeux, mais on les manque; il faut tout simplement vivre dans le moment présent et apprécier ce qu’on a, ce qui se passe en ce moment, même si on est en pandémie». 

La peinture créée par Amélie Giroux  

Amélie Giroux aime habituellement danser pour elle-même, mais elle le fait deux fois devant la caméra. Elle a enregistré une vidéo pour présenter dix de ses chansons préférées. La deuxième est un projet commun avec Camille Dillon avec l’aide de l’animatrice de La Brigade, Chloé Thériault. La vidéo de danse est un autre hommage à la résilience. «Le but «[de la vidéo] c’était vraiment juste de s’amuser», dit Camille Dillon.

Camille Dillon gardera surtout en mémoire les amis et les gens qu’elle a rencontrés pendant les activités de La Brigade. «Ils me donnent espoir qu’un jour je vais peut-être pouvoir participer à des activités comme ça, en faire une carrière.»

De son côté, Amélie Giroux retiendra qu’il n’est pas nécessaire d’être extrêmement bon pour pratiquer quelque chose. «Par exemple, moi au début de La Brigade, je ne pensais pas que j’étais super bonne en dessin. Mais on a eu plusieurs occasions de mettre les images dans notre tête sur papier et ça m’a fait réaliser que non, je ne suis pas la meilleure, mais ça me donne l’occasion d’essayer quelque chose quand même.»

Aussi bien Amélie que Camille n’hésiteront pas à participer à nouveau et à encourager d’autres adolescents à s’inscrire.

Les œuvres produites par Camille, Amélie, Lola Bisaillon, Ella Koskela et Ashley Touchette sont toutes disponibles au https://letno.ca/brigade/.

Ashley Touchette présente plusieurs photos de balancement sur les mains