«Et la vérité, c’est qu’on sait pas tout.»

Julien Cayouette
Julien Cayouette
Le Voyageur
Le TNO annonce ses premiers spectacles.

Le Théâtre du Nouvel-Ontario (TNO) a jeté les bases d’une saison pas comme les autres. Pas celle dont l’équipe rêvait pour le 50e anniversaire du théâtre francophone de Sudbury du moins. Les annonces de spectacles viendront petit à petit, «en petites bouchées», disent-ils. Pour l’instant, les amateurs ont deux rendez-vous avec les créateurs de la région.

Dès la semaine prochaine, vous pourrez découvrir le spectacle itinérant Lâche pas la patate : un casse-croute ambulant pour l’âme. Sous la direction de Claudine Gagné, Dillon Orr, Marie-Pierre Proulx et Antoine Tremblay-Beaulieu, une vingtaine utiliseront la scène Shack-à-patate pour présenter une variété tout aussi impressionnante de performances.

Il y aura six représentations réparties sur deux semaines dans divers quartiers du Grand Sudbury. La première aura lieu au restaurant Rudy’s, sur le boulevard Lasalle. Il y aura aussi des présentations à Alban et à Azilda. Comme c’est un spectacle extérieur, le Shack sera fermé en cas de pluie. Des règles sanitaires seront également en vigueur et chaque spectateur doit porter un couvre-visage.

Le 25 septembre, le TNO flirtera avec le concept de la simplicité avec une mise en lecture. Maude Bourassa Francoeur, Éric Lapalme et Caroline Raynaud joueront le nouveau texte de Michel Ouellette : Mylène parle. Cette unique présentation est faite dans le cadre de Feuilles vives de Théâtre Action.

Le TNO promet d’autres mises en lecture au cours de l’année pour découvrir des créations en chantiers, dont certains seront les premiers projets d’artistes. On laissera seulement de 10 à 15 personnes entrer à chaque occasion.

Crise de la cinquantaine

Dans son Mot de la saison, la directrice artistique du TNO, Marie-Pierre Proulx, partage l'incertaine fébrilité ressentie par l’équipe du TNO. Comment chaque idée et chaque façon de faire doit être remise en question.

«Ce qui est que le plus important pour nous cette saison, c’est de garder le théâtre VIVANT dans notre communauté malgré la précarité ambiante», écrit-elle.

Un peu comme le spectateur qui s’en va à l’aventure voir une pièce de théâtre, les créateurs et comédiens embarquent dans une nouvelle aventure et nous demandent de les accompagner vers l’inconnu.

Pas de saison, mais de bons amis

Puisqu’il est impossible d’annoncer une saison complète, il est également impossible de vendre des abonnements de saison. Pour la remplacer, le TNO offre la Passe solidaire. Pour 50 $, vous serez informé en primeur des prochains évènements et pourrez réserver en premier en plus de profiter d’un rabais de 30 %.