Photos : Facebook Ingrid St-Pierre et Archives du Voyageur
Photos : Facebook Ingrid St-Pierre et Archives du Voyageur

Chanter pour traverser

Julien Cayouette
Julien Cayouette
Le Voyageur
Avec des artistes qui vivent leurs émotions à fleur de peau.

La Slague a déjà présenté des spectacles plateaux doubles, surtout avec des artistes franco-ontariens. Ce qui est plus rare, c’est un plateau double avec une artiste aussi bien établie qu’Ingrid St-Pierre, qui partagera la scène avec le sous-estimé David Marin le 8 novembre au Collège Boréal.

Mais on ne peut pas présenter deux artistes aux styles complètement opposés lors de ces occasions. Qu’on donc en commun St-Pierre et Marin?

«Ingrid St-Pierre et David Marin ont une attitude parente face à leur art. Pour eux, la chanson est une façon de surmonter des épreuves. Leur plume expose des vérités crues et familières au clavier. Leur instrument est une extension naturelle de leur personne, mais avec des couleurs différentes», explique le directeur de La Slague du Carrefour francophone, Stéphane Gauthier.

David Marin

Le plus récent album de David Marin, Hélas Végas, est paru en 2018. Il y présente un mélange de musiques plus rythmées et plus douces, accompagnées de textes interrogatifs et contemplatifs.

«David Marin, est un des auteurs-compositeurs mésestimés de la nouvelle vague au Québec. On le place dans la même catégorie qu’un Louis-Jean Cormier et d’un Philippe B. Il nous a charmés avec des textes intelligents qui roulent et qui groovent. Il pèse sur le gaz du blues-rock qui donne un road album d’intériorité», présente M. Gauthier.

Les chansons de l’album ont été inspirées par ses voyages dans les désert du Sahara et du Taxas, par l’énergie de la Louisiane et de La Havane.

La carrière de David Marin a été lancée dans les années 2000 grâce à des participations aux concours Ma première Place des arts et les Francouvertes de même que grâce à l’album À côté de la track (2008), réalisée par Louis-Jean Cormier. Son second album, Le choix de l’embarras, lui a valu une nomination à l’ADISQ comme auteur-compositeur de l’année.

Ingrid St-Pierre

Le plus récent album de l’artiste québécoise, Petite plage, fait beaucoup de place au piano et cet aspect sera exploité lors du spectacle à Sudbury. «L’irrésistible Ingrid St-Pierre déposera ses doigts et sa grâce sur le grand piano noir. Celle qui était prête à tout lâcher il n’y pas si longtemps amène à Sudbury ses chansons de dentelle. C’est pas peu dire quand on atteint ces sphères en chanson», dévoile M. Gauthier.

L’album évoque le dépression du surmenage qu’a vécu l’artiste après son 3e album, mais on y entend aussi la remontée, le gout de la vie et de la chanson.

Mme St-Pierre a aussi eu son lot de reconnaissance depuis ses débuts en 2011, donc une nomination de l’ADISQ pour révélation de l’année.

Il reste des places pour ce spectacle avec des artistes qui vivent leurs émotions à fleur de peau. Visitez la billetterie de La Slague ici.