Au cœur des artistes passe au provincial

Julien Cayouette
Julien Cayouette
Le Voyageur

La deuxième édition d’Au cœur des artistes sera provinciale. La Fédération des ainés et retraités francophones de l’Ontario (FARFO) caressait ce rêve depuis le début, mais avait dû limiter sa première édition à Sudbury. Cette fois, les francophones de 50 ans et plus de Toronto et d’Ottawa sont invités. De plus, le format concours est abandonné à la faveur d’une mise en valeur des ainés. 

«Un des plus grands commentaires que nous avons reçu, c’est que les personnes ainées veulent avoir une plateforme pour être mises en valeur et en vedette. La compétition, ça ne les intéresse pas», annonce la coordonnatrice de la programmation à la FARFO, Mireille Roy.

Donc, pas de concours. Sinon, l’objectif reste le même : permettre à des gens de 50 ans et plus de présenter leur talent artistique caché devant public. «L’idee, c’est que ça devienne un peu un gros party», illustre le coordonnateur du concours, Richard Léger. «L’image que je retiens du projet, c’est un peu les anciennes soirées amateurs, ou concours amateurs. C’est un peu ça qu’on veut faire revivre.»

L’expérience de l’an dernier a été assez satisfaisante pour qu’un des participants signale son intention de participer de nouveau, annonce Mireille Roy.

En raison de la COVID-19 surtout, le format vidéo sera conservé pour la présentation des performances. Richard Léger croit que ce format simplifiera aussi le passage au format provincial. «Il n’y a pas que du mauvais qui découle du confinement. La portée provinciale est somme toute plus facile. Dans la recette, il y a un peu des deux. On essaie d’aller chercher le meilleur des deux mondes.»

Pour y arriver, la FARFO a l’intention d’utiliser toutes ses plateformes numériques. Le système de conférence Connect Vivre+ servira à la formation des participants. La plateforme vidéo en ligne Canal Vivre+ plus servira à la diffusion des performances. Le magazine Vivre+ et le blogue qui sera lancé à l’automne permettront de présenter les artistes.

Au cœur des artistes espère recruter 16 participants dans chaque région. Ils devront suivre un atelier de coaching en ligne avec un professionnel — les 15 et 16 septembre pour Sudbury — où ils auront aussi la chance de rencontrer quelques autres participants. L’enregistrement des performances aura lieu dans chaque région après la mi-septembre.

En plus de leur prestation, les artistes passeront en entrevue afin que les spectateurs les connaissent un peu mieux. Ils ne seront pas les seuls en vedettes. Les producteurs veulent aussi discuter avec des membres de leur famille afin d’en savoir encore plus.

Les participants peuvent s’inscrire dans le volet musical (solo ou duo de musique et de chant), littéraire (conte, poésie, monologue de théâtre) ou humour. Richard Léger se demandait si cette dernière catégorie pouvait intéresser cette tranche d’âge, mais il a «déjà quelqu’un à Ottawa qui a soumis sa candidature pour ça».

Richard Léger souhaite que le tout ait une ambiance comme à «la bonne franquette», sauf les enregistrements. Ceux-ci seront faits dans des locaux ou studios aménagés et par des professionnelles. Ainsi, les artistes pourront se concentrer sur leur performance au lieu de se préoccuper des aspects techniques. Les enregistrements seront aussi de qualité constante.

Les artistes en herbe intéressés devraient manifester leur intérêt de préférence avant la fin aout auprès de Richard Léger : rleger@gmail.com ou 613-899-8202.