À découvrir : l’art batik

Les Compagnons des francs loisirs vont présenter un atelier sur une forme d’art méconnue. L’art batik est une technique utilisée pour créer des impressions en imperméabilisant certaines parties d’un tissu à l’aide de cire chaude afin de préserver une teinture.

Ce sera le sujet d’un cours de quelques heures animé par une artiste certifiée du Nipissing, Michelle St-Onge. Cette Franco-Ontarienne va accueillir six apprentis qui veulent découvrir et devenir des artisans de l’art batik.

«C’est un art qui se voit moins souvent que la peinture traditionnelle», comme l’aquarelle, l’acrylique et l’huile, explique Mme St-Onge.

Michelle St-Onge

«Je commence avec une toile blanche et je réchauffe de la cire dans une casserole sur un poêle. Je trace mon dessin sur la toile et je commence à peinturer la cire où je veux garder la toile blanche. Après, je commence à peinturer à l’intérieur des lignes de cire», décrit l’artiste qui possède un diplôme en architecture d’arts et en arts textiles.

«Lorsque j’ai complété la peinture, je mets une couche de cire réchauffée sur le dessin. Je trempe la toile dans une teinture de mon choix, je la brasse et je la laisse pour 45 minutes avant de la sortir.»

«La toile est ensuite accrochée sur ma corde à linge et, en prenant mon tuyau d’arrosage, je fais couler l’eau sur le batik jusqu’à tant qu’il n’y ait plus de teinture qui coule et que l’eau soit claire. Le batik est finalement envoyé à un nettoyeur à sec afin d’enlever les restes de cire.»

L’œuvre <em>Les Oies</em>

Pendant plusieurs années, Mme St-Onge a créé des œuvres en employant cette technique. Elle a entre autres développé une toile d’une oie pour le bureau de Pépère Cam.

L’atelier des Compagnons sera présenté dans un studio de Corbeil au 200, chemin Lavigne le 6 novembre. Il est déjà complet.