FacebookTwitter
jeudi, 09 mai 2019 16:43

La Furie et sa géographie : Réfléchir l’histoire

Écrit par 
Colleen Murphy et Suzanne McCrae avec le chat de Montcalm et un coq en papier mâché, créés par Mme McCrae. Colleen Murphy et Suzanne McCrae avec le chat de Montcalm et un coq en papier mâché, créés par Mme McCrae. Photo : Julien Cayouette
Sudbury — La dramaturge et productrice ontarienne Colleen Murphy est très consciente du risque qu’elle prend avec l’ambitieuse production La Furie et sa géographie, mais elle semble être de ces artistes qui croient que l’on atteint seulement le sommet en prenant des risques. La première partie de la pièce bilingue sera présentée le 18 mai au Sudbury Theatre Centre.

Sur scène, 33 personnages historiques et fictifs — joués par 19 comédiens — qui ont participé à la bataille des plaines d’Abraham sortent de leur repos éternel pour se souvenir de cet évènement «qui définit encore le Canada», croit Mme Murphy, et remettent en question l’interprétation qu’en a fait l’histoire. Avec eux sur scène, 12 animaux — des sculptures de papier mâché — sont témoins de la discussion et servent un peu de lien entre le public et les personnages.

Mme Murphy a choisi Sudbury pour créer la première version de sa vision «parce qu’il y a une communauté francophone très forte». Ceci aide la production bilingue, mais aussi la réception par un auditoire qui peut comprendre les deux langues. Aussi parce que son amie Suzanne McCrae, qui a fabriqué les animaux, y vit.

La liste de l’équipe contient effectivement plusieurs noms bien connus du milieu artistique franco-sudburois. Dan Bédard assure la conception sonore et l’assemblage musical, Miriam Cusson est assistante à la mise en scène et Marie-Pierre Proulx a aussi donné un coup de main. C’est aussi le cas parmi les comédiens avec Miriam Cusson, France Huot, Eric Lapalme, Michael Lemire, Mélanie Rainville, Chloé Thériault et Denys Tremblay, entre autres. Pourquoi la bataille des Plaines?

Pour qu’un conflit soit intéressant au théâtre, croit l’autrice, il doit opposer «deux camps qui ont raison», mais pas pour les mêmes motifs. Elle est donc heureuse de la possibilité de mettre en scène plusieurs points de vue sur le même évènement; celui des Français, des Canadiens-Français, des Anglais et des Hurons-Wendat.

«Ça a tout; il y a la mort, de la violence, de la trahison, un affrontement de différentes visions, j’y ai ajouté de l’amour.»

Mise à l’épreuve

Si elle n’est présentée qu’une seule fois, c’est parce qu’il s’agit d’un premier test pour le tour de force que Mme Murphy essaie de produire. Dans son entièreté, la pièce dure 5 heures, mais seulement 3 — avec un entracte — seront jouées le 18 mai.

Il ne s’agira pas non plus d’une pleine production avec costumes et éclairages. Elle voit davantage la présentation à mi-chemin entre une pièce et une mise en lecture. L’objectif est de voir comment le public recevra le texte et la production.

Les spectateurs pourront laisser leurs commentaires à la sortie, mais Mme Murphy sera également dans la foule pour observer le public. Si la réaction des spectateurs est à la satisfaction de Mme Murphy, elle espère pouvoir aller chercher plus de fonds pour continuer le développement.

En ce moment, seulement deux sections du texte ont été traduites et seront jouées en français, mais son ambition est d’avoir une pièce entièrement bilingue avec des surtitres. Si c’est le cas, elle aimerait idéalement revenir à Sudbury faire une évaluation et la présenter. Aussi, peut-être par la suite, la présenter ailleurs au pays.

«J’espère que les gens viendront, car c’est la seule façon que j’ai de savoir si ça fonctionne», lance-t-elle.

La pièce sera également mise en lecture au Finborough Theatre de Londres (Angleterre) en juin.

Leurs amis les animaux

Les animaux sont un peu plus que des témoins de la discussion. Plusieurs personnages ont un lien avec un des six animaux domestiques : une fermière est avec sa vache, Montcalm a son chat, Wolfe a son chien, etc.

Mme Murphy a fait de la recherche pendant près d’un an et demi pour écrire la pièce et Suzanne McCrae a également passé beaucoup d’heures à regarder des vidéos des animaux qu’elle devait recréer. Premièrement par souci de précision historique, mais aussi parce qu’elle devait «leur donner une attitude, une personnalité».

Elle a passé plus d’une centaine d’heures seulement pour fabriquer un orignal grandeur nature; elle a également fait une vache et un cheval.

Grâce à d’autres projets, Mme Murphy a compris que les spectateurs sont souvent plus empathiques envers les animaux, «qu’il est plus facile pour eux d’ouvrir leur cœur».

Colleen Murphy fait du théâtre et des films depuis plus de 30 ans. La femme qui a grandi à Manitouwadge — Mme McCrae aussi — semble aimer aborder des sujets plus difficiles que d’autres craignent aborder et certaines de ses créations ont été moins bien reçues. Cependant, plusieurs de ses textes ont été primés, dont L’homme de décembre (2006) et Pig Girl (2012).

Elle a pu commencer le travail sur La Furie grâce au prix Nouveau Chapitre du Conseil des Arts du Canada. Son projet a été l’un des 200 retenus — sur 1600 demandes — pour la subvention spéciale pour des gros projets.

La Furie et sa géographie sera présentée le 18 mai à 14 h auSudbury Theatre Centre. Le prix des billets est de 20 $.

Abonnez vous
Lu 1918 fois Dernière modification le jeudi, 09 mai 2019 16:52
Julien Cayouette

Directeur de l'information

705-673-3377, poste 6209 ou sans frais : 1-866-926-3997

levoyageur@levoyageur.ca

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login