FacebookTwitter
jeudi, 04 avril 2019 15:03

Pascale Marceau : première femme à escalader une montagne subarctique en hiver

Écrit par  Mark Robinson
Pascale Marceau Pascale Marceau Photos : Pascale Marceau et Lonnie Dupré
Sudbury – Canmore – Yukon — Une ancienne Sudburoise, habitant maintenant à Canmore en Alberta, est devenue la première femme à escalader une montagne subarctique en hiver. Pascale Marceau a grimpé le mont Wood au Yukon au début du mois de mars avec son partenaire Lonnie Dupré, un expert en ascensions polaires.

Mme Marceau, diplômée de l’Université d’Ottawa en génie chimique, se prépare depuis longtemps à ce genre d’expédition. «J’ai commencé avec des randonnées dans des sentiers locaux, j’ai progressé avec des trajets plus longs autour du pays ainsi que des ascensions lors des voyages de ski. C’était une progression vers ce que j’ai accompli maintenant».

Le mont Wood, situé dans la chaine de montagnes Saint Elias, fait partie de la Réserve et du parc national de Kluane, au Yukon. La montagne est la 6e plus haute au Canada à 4842 mètres. Avant leur arrivée, les plans du couple étaient bien différents. «Notre premier but était de grimper le mont Lucania, le 3e plus haut mont au Canada (5260 m). Notre plan était de retourner via une nouvelle voie qu’on a découverte l’an dernier».

Cette autre montagne, située à l’intérieur du parc national Kluane, n’était cependant pas accessible avant le 4 mars. «Ça nous donnait seulement 16 jours à grimper avant la fin d’hiver. Notre route prendrait environ 25 jours.» Ils ont donc cherché une autre option. Le mont Wood était la meilleure option, aussi plus court et sécuritaire.

Ce changement les a emmenés à l’extérieur de leur zone de confort. «C’était la journée avant l’ascension où on s’est assis afin de discuter les détails et les plans. On ne fait pas ça souvent. On a apporté 17 jours de provisions, donc la nourriture et de l’eau, pour le projet. Le voyage a seulement pris 9 jours, ce qui était une grande surprise».


La route que les deux alpinistes ont prévu emprunter vue à vol d’avion.

Ascension simplifiée

Cette montée rapide est en lien direct avec les conditions météorologiques. Des températures confortables, des vents faibles et des ciels dégagés ont joué un grand rôle sur la vitesse de marche pendant les premiers jours.

«La première journée, on est très excité, plein d’énergie, on veut grimper et explorer. Ce n’est pas un parcours régulier, on ne suit pas de guide particulier, donc c’est toujours une aventure. On a souvent dû traverser de grandes crevasses, surtout dans la première section de la montagne. On n’a jamais pris de journée de repos, donc c’est taxant à certains moments», raconte Mme Marceau.

Les conditions ont par contre changé à l’approche de la pointe, avec des vents polaires et des chutes de neige. «À mesure que la journée se développait, les nuages ont commencé à envahir, les vents se sont levés et la neige s’est mise à tomber. On a donc dû rebrousser chemin, ce qui était difficile puisqu’on était si proche», indique Mme Marceau.



Ce n’est pas fini tant qu’on n’est pas au sommet

Une de leurs plus grandes erreurs, selon Mme Marceau, a été de penser qu’ils avaient déjà réussi lorsque le sommet était en vue. Malgré la courte distance restante, environ une heure et demie d’escalade, cette section allait vite devenue la plus difficile et pénible du voyage.

«En effectuant un appel pour une mise à jour des conditions du lendemain, on nous a informés que la tempête serait encore pire. Après cette journée, ils annonçaient une autre tempête encore plus puissante. Le voyage dans ces conditions-là serait impossible.»

On a fortement recommandé à Mme Marceau et M. Dupré de descendre le plus tôt possible afin de ne pas être coincés dans la plus grande tempête. «On était très découragé. Le voyage était fini.»

Ils se sont levés à 6 h du lendemain afin de ramasser leur camp et commencer la descente. En voyant que la visibilité était encore nulle, ils ont décidé de continuer à dormir quelques heures de plus. À la suite d’un autre avertissement météorologique de leur équipe de soutien à 8 h, les alpinistes se sont levés.

Une lueur d’espoir

Avant de commencer la descente, les conditions semblaient soudainement plus calmes. «J’ai constaté que les vents ralentissaient, les nuages se levaient un peu. On s’est donc dit que ça s’améliorait, on devait continuer à pousser. On ne pouvait pas abandonner si facilement». Ils ont donc poursuivi le trajet jusqu’au sommet du mont Wood. C’est seulement en atteignant le plus haut point que Mme Marceau a enfin pu célébrer.

Mais ils ont aussi vu la tempête qui s’approchait, alors le duo a décidé de descendre immédiatement afin de ne pas être coincé dans la tempête.

Ils ont rejoint le camp de base vers 15 h, en marchant dans la noirceur. Les explorateurs ont tout de suite appelé leur pilote afin qu’il vienne les chercher dès que possible. «C’était un petit avion. Il y avait seulement de la place pour le pilote, un passager et des provisions. Il a donc dû effectuer deux voyages pour nous ramasser. C’était quand même un risque, puisque la personne qui a dû rester à la montagne aurait pu être prise pour plusieurs jours si la tempête descendait immédiatement», prévient Mme Marceau. Finalement, les deux alpinistes ont pu être transportés avant la fureur du blizzard.

Ils espèrent être capables de conquérir le mont Lucania dans le futur. «On a une grande liste, il y a beaucoup de projets à accomplir. C’est sûr qu’il y aura d’autres aventures». Elle espère vivre plusieurs autres premières en ascendant des montagnes encore plus hautes en hiver.


Pascale Marceau et Lonnie Dupré ont pris le temps de célébrer à leur retour au camp de base.

Abonnez vous
Lu 2212 fois Dernière modification le jeudi, 04 avril 2019 15:21

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login