FacebookTwitter
jeudi, 07 mars 2019 15:31

L’Ordre de la Pléiade pour une bénévole à temps plein

Écrit par 
Réjeanne Bélisle-Massie et son époux. Réjeanne Bélisle-Massie et son époux. Photo : Courtoisie
Haileybury — Le nom de Réjeanne Bélisle-Massie se retrouve parmi une courte liste d’Ontariennes et d’Ontariens qui seront décorés de l’Ordre de la Pléiade ce printemps. La résidente de Temiskaming Shores sera reconnue par la section ontarienne de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF) pour ses nombreuses contributions à sa communauté d’adoption.

Originaire de Blezard Valley dans le Grand Sudbury, Mme Bélisle-Massie est arrivée dans le Temiskaming ontarien après ses études à Ottawa pour commencer sa carrière dans l’enseignement à une époque où les écoles secondaires de langue française venaient tout juste d’ouvrir leurs portes. Quelques décennies plus tard, cette Franco-Ontarienne a réussi à laisser sa marque auprès de plusieurs regroupements du Temiskaming.

Mme Bélisle-Massie a été, entre autres, l’une des pionnières de deux projets communautaires d’envergure de la communauté francophone, soit le Festival des folies Franco-Fun et le Village de Noël Temiskaming au centre-ville de New Liskeard. Elle œuvre aussi avec le Centre culturel Artem, un organisme sans but lucratif voué à la promotion des arts et de la culture francophone de la région.

Émue, Mme Bélisle-Massie est reconnaissante de cette distinction décernée par l’APF, malgré qu’elle n’était pas certaine si sa candidature avait été réellement retenue. «Ça m’a pris comme quelques jours pour vraiment réaliser que j’avais gagné cette médaille et j’étais vraiment honorée, car, pendant cette journée-là, j’ai été très occupée. En soirée, lorsque je suis allée vérifier mes courriels, j’ai failli supprimer le message. On avait écrit “Félicitations Mme Bélisle-Massie” et je me suis demandée “c’est quoi ça?”», se souvient-elle.

«Je l’ai relu une deuxième et une troisième fois. Je l’ai passé à mon mari et [, heureusement,] il était au courant. Comme de raison, je l’accepte au nom de tous les gens qui ont travaillé avec moi pour faire avancer la cause des francophones au Temiskaming ontarien.»

Retraitée depuis 2002, Mme Bélisle-Massie fait une différence dans sa communauté. Elle travaille de façon bénévole à temps plein depuis 17 ans afin d’améliorer l’offre et la qualité de services aux francophones en milieu minoritaire.

«Si on veut faire avancer la cause des francophones et si on veut que les choses changent, il ne faut pas rester assis chez nous et se plaindre. Il faut mettre l’épaule à la roue et travailler dans le sens où l’on veut que les choses avancent», affirme-t-elle.

«Malgré que nous vivons dans une communauté anglophone, il faut que les gens réalisent que les francophones au Temiskaming sont une valeur ajoutée et que les francophones ont une culture et un patrimoine qui mérite d’être valorisé.»

En plus de Mme Bélisle-Massie, cinq autres personnes recevront la médaille de l’Ordre de la Pléiade plus tard ce printemps. Il s’agit de François Bazinet de Finch, François Boileau (le commissaire aux Services en français de l’Ontario), Audrey Debruyne de Thunder Bay, Martin Lalonde de Tiny et Anne Tennier de Hamilton.

Abonnez vous
Lu 1463 fois
Éric Boutilier

Correspondant

North Bay et Nipissing

Sports

eric.boutilier@levoyageur.ca

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login