FacebookTwitter
vendredi, 08 février 2019 15:31

Une Franco-ontarienne passionnée de ringuette

Écrit par 
Une Franco-ontarienne passionnée de ringuette Photos : Université Nipissing
North Bay — Julianne Sévigny, une joueuse de ringuette native de North Bay, dispute sa troisième saison dans l’uniforme bleu, vert et blanc des Lakers de l’Université Nipissing. Une ancienne élève de l’École secondaire catholique Algonquin, Julianne veut non seulement compléter son baccalauréat en travail social, mais aussi profiter du temps de glace qui lui est accordée pour s’amuser.

Mme Sévigny ne peut contenir son enthousiasme pour ce sport qui a été inventé dans sa ville natale. Elle a disputé ses 14 premières saisons dans l’alignement de plusieurs formations compétitives de l’Association de ringuette de West Ferris et des Lakers de Nipissing. Julianne espère pouvoir continuer à améliorer ses habiletés et bâtir des liens d’amitié avec ses coéquipières.

«Je suis joueuse de ringuette depuis que j’ai six ans et ce que j’adore c’est la vitesse de ce sport et les relations qu’on développe avec les autres joueuses. C’est un membre de ma famille, qui a joué pendant quelques années avant que je pouvais même patiner, qui m’a montré le sport lorsque j’avais 5 ans. Depuis que mes patins ont touché la glace, je suis tombé en amour avec ce sport» explique Mme Sévigny.

«Comme équipe, nous voulons continuer à nous développer afin de jouer aussi bien que possible lors de nos deux derniers tournois de la saison. Chaque année, notre objectif est de gagner la médaille d’or au Défi de la Coupe universitaire (UCC). Nous avons récemment remporté la médaille d’argent et nous allons maintenant nous concentrer sur nos deux dernières compétitions de l’année, à Guelph et à Niagara Falls.»

Julianne précise que le plus beau souvenir de sa carrière sportive a été lorsqu’elle a remporté une médaille d’or à 12 ans contre une équipe de Timmins. Dans cette partie, elle a marqué trois buts et obtenu une passe pour le but gagnant.



Quelques différences clés entre l’anneau et la rondelle

À l’exception de la surface de jeu et de certaines pièces d’équipement, la ringuette et le hockey ne se ressemblent pas autant qu’on pourrait le croire. Les stratégies de jeu sont complètement différentes et il est interdit de faire des mises en échec. De plus, la ringuette est l’un des rares sports pratiqués principalement par des femmes et des filles.

«La ringuette est véritablement le sport le plus rapide sur une surface de glace. Les matchs peuvent être agressifs, mais de façon différente qu’au hockey, car la ringuette ne permet pas le contact physique. C’est cette interdiction qui permet à la ringuette d’être un sport de rapidité», souligne-t-elle.

«L’une des plus grandes différences entre la ringuette et le hockey, ce sont les règles du jeu. Les règles de la ringuette nous forcent à jouer ensemble comme une équipe. Il faut donc faire une passe de l’anneau en traversant chaque ligne bleue sur la patinoire. Nous sommes aussi limitées en termes de nombres de joueuses qui peuvent aller dans les zones offensives et défensives.»

Abonnez vous
Lu 2627 fois
Éric Boutilier

Correspondant

North Bay et Nipissing

Sports

eric.boutilier@levoyageur.ca

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login