Imprimer cette page
mardi, 04 septembre 2018 15:29

Un projet qui prend de la place

Bon, les campagnes électorales municipales battent leur plein partout en Ontario et, déjà, dans le Grand Sudbury, un dossier semble retenir l’attention de plusieurs candidats au conseil et à la mairie. C’est la construction d’un nouvel aréna et du centre du divertissement du Kingsway. Si vous lisez les journaux locaux ou les écrits des nombreux candidates et candidats, vous ne pouvez rater la controverse. Le débat vaut bien tout l’encre qu’il fait couler, mais n’oublions pas qu’il y a d’autres enjeux aussi importants pour l’avenir de la capitale du nord.

Prenons d’abord l’enjeu qui semble le plus controversé. Presque tous les candidats ont indiqué leur position quant à la construction d’un aréna et d’un casino au centre de divertissement Kingsway. Ces positions et les raisons qui les motivent sont cependant difficiles à suivre. Il y a trois types de positions, ceux qui sont contre, ceux qui appuient et ceux qui aimeraient qu’on rouvre le débat sur la question.

On peut diviser les opposants en sous-groupes. Par exemple, il y a ceux qui sont contre la construction même d’un aréna et ceux qui veulent bien en construire un, mais au centre-ville. Les arguments de ces deux groupes sont financiers. Ceux qui ne veulent pas d’un aréna considèrent que la ville n’a pas les moyens de se payer ce luxe. Ceux qui veulent qu’il soit au centre-ville disent que c’est la seule façon de le rentabiliser et que le centre-ville doit devenir un moteur économique.

C’est la même chose pour les opposants au casino. Certains sont totalement contre la venue d’une salle de jeu à Sudbury, d’autres ne sont pas contre, mais aimeraient qu’elle soit à Sudbury Downs ou on trouve déjà des machines à sous. Sur la question du casino, l’opposition tourne aussi autour de l’économie — un casino siphonnerait plus de sous hors de Sudbury qu’il en génèrerait —, mais ces opposants pensent aussi à des enjeux sociaux. On craint l’accroissement des problèmes de jeux.

Face à ces opposants, il y a les partisans du conseiller Robert Kirwan et des deux développeurs, Zulich et Dellelce — qui veulent rentabiliser leur terrain —, et qui affirment que le centre de divertissement Kingsway serait un gros attrait touristique. Donc, moteur économique. Plusieurs y croient et chez ces derniers, il n’y a pas de demi-teintes. Ils vont voter pour les candidats qui appuient le projet.

Quant à ceux qui veulent recommencer le débat, ils sont peu nombreux et ne dévoilent pas vraiment leur opinion personnelle. Sauf certains qui aimeraient que la question soit réglée par référendum.

Mais n’oublions pas les vraies affaires, comme dirait l’autre. Nos impôts fonciers continuent de grimper, nos routes sont de moins en moins carrossables, notre système d’eau et d’égout est vétuste, notre bureaucratie municipale devient ridiculement lourde, mais, pour la municipalité, il semblerait que c’est «business as usual».

En plus, nous n’avons aucun plan pour contrer les coupures provinciales qui s’en viennent, gracieuseté d’un gouvernement qui ne croit que dans les réductions d’impôts pour les riches.

Beaucoup de matière à réflexion avant de faire notre X.

Abonnez vous
Lu 628 fois
Réjean Grenier

Éditorialiste

Sudbury