FacebookTwitter
mardi, 04 septembre 2018 15:06

Des hauts et des bas

Écrit par 


Nous avons vu que le journal Le Voyageur a été créé en 1968 à la suite de la fermeture du journal L’Information du diocèse de Sault-Sainte-Marie. Les premiers numéros ont profité d’une distribution dans les paroisses, lui donnant un nombre d’abonnés intéressants. Cependant, à mesure que les semaines avançaient, le nombre de copies demandées diminuait constamment.

À peine six ans et demi après sa fondation, le journal est au bord de la faillite. Émile Guy et Mgr Lucien Cholette convoquent le père Hector Bertrand. «Nous rendriez-vous le service d’accepter la direction du journal?», dit Émile Guy au père Bertrand. «Si vous refusez, nous déclarons faillite demain matin.»

«Devant cet ultimatum, tout à fait inattendu, mon nationalisme l’emporte sur mon bon jugement», dira le père Bertrand en entrevue dans le numéro du 25e anniversaire du journal. Il acceptera 15 jours plus tard. Ce jésuite originaire de Warren n’avait jamais dirigé de journal, mais avait fait sa marque comme administrateur d’hôpitaux au Québec.

On ne doit pas seulement la survie du Voyageur au père Bertrand, mais il a également obtenu l’équité publicitaire avec les journaux anglophones pour les avis publics municipaux et a participé à la fondation de l’Association de la presse francophone, toujours active aujourd’hui.

Le père Bertrand avait remis le journal sur les rails lorsque le 31 octobre 1981, un incendie consume les bureaux du journal, alors situé au 86, rue Ignatius. Les pompiers ont reçu l’alerte à 4 h du matin et ont combattu le brasier pendant près de six heures. La totalité des dommages s’élevait à 500 000 $. L’enquête a conclu que l’incendie était d’origine criminelle : les foyers étant situés aux deux extrémités du bâtiment étaient un signe de préméditation.

Malgré ce drame, le journal s’est relevé avec l’aide de la communauté et avec un coup de main du journal anglophone Northern Life.

En 1989, on annonce que le nombre d’abonnés augmente de 6500. La bonne nouvelle est attribuée à la générosité du père Noël, mais peu de détails sur la provenance de ces nouveaux abonnés sont fournis dans les pages du journal (voir image ci-dessous). Selon des détails obtenus d'un ancien employé, on avait simplement commencé à distribuer le journal dans tous les foyers de certaines localités autour de Sudbury afin d'augmenter le tirage.

En 1990, Le Voyageur a l’idée de créer le concours du communicateur, prix s’adressant à tous, lancé par l’Association de la Presse francophone hors Québec. Ce n’est pas la carrière qui est ici célébrée, mais les initiatives prises par les gens de la communauté. Les six grands pôles des activités reconnus sont les auteurs, les personnalités impliquées dans des activités culturelles, dans des organismes pour personnes âgées, l’implication sociale, l’implication des organismes culturels et l’animation culturelle. La présidente du jury, Thérèse Boutin, remet aux gagnants différents prix : des certificats de reconnaissance, des porte-cartes ainsi qu’une lampe de bureau.

En 1994, Le Voyageur déménage au 3e étage du Carrefour francophone de Sudbury pour se rapprocher des centres de décisions financiers et gouvernementaux, sans compter l’accès à la lumière naturelle que le bâtiment fournissait, élément manquant dans les bureaux du boulevard Lasalle.



Abonnez vous
Lu 666 fois Dernière modification le mardi, 11 septembre 2018 14:07
La voix du Nord

info@lavoixdunord.ca

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login